S'accomplir, c'est chercher à donner un sens
à l'humanité en nous, à son élan
de vie et de créativité1, tout en
dépassant l'individu et sa mort par-dessus
une inscription de sens dans l'être d'abord,
dans la mémoire des vivants ensuite. jm


1 Un des thèmes du jour.... chuuuut ! L'expérience remonte à octobre 2016.


D'après le dernier paragraphe de l'oeuvre de Robert Misrahi, Les voies de l'accomplissement: itinéraire pour l'existence dans la philosophie et la littérature2, éditions les Belles Lettres, collection Encre marine, 2016, p. 154


2 C'est une intuition de nature très spinoziste qui m'a fait saisir cet ouvrage particulier dans l'oeuvre de R. Misrahi au lendemain soir de l'expérience vécue à laquelle s'adosse cet essai.



Constats désolés face à la jeune génération
Essai de formulation d'un des outils de dépassement possible vers davantage de sens…


Suis-je un vieux prof excédé par l'immense apeuprèsisme de la jeune génération qui s'y croit alors qu'elle n'a pas encore rejoint la ligne de départ et n'est intellectuellement pas équipée pour percevoir qu'elle se situe très exactement quelque part dans un désert non encore localisé, une bulle temporelle flottant au gré de vents inconnus au-dessus d'une planète inhabitée ?

Alors qu'elle est très exactement nulle part.

Bienvenue à bord !
Les éditions de nulle part
vous offrent une des nombreuses portes de sortie… dans la suite de cet essai.


La jeune génération

Elle croit ne rien nous devoir.
Elle croit devoir tout réinventer par elle-même en faisant l'économie des progrès accomplis par les générations qui les précèdent.
Elle croit devoir tout réinventer par elle-même sans rien puiser dans le vivier de connaissances ET de savoirs, savoirs-faire et surtout savoirs-être des deux ou trois générations qui la précèdent et vivent sur Terre en même temps qu'elle sur le « continent » européen, appendice caudal et géologiquement contingent à l'Ouest de l'immense Asie.

Elle croit entre autres ça, mais elle ne semble pas savoir qu'elle doit sortir du croire,
sortir de ces croyances erronées
pour croître.

Croître et non croire. Tout un programme.

Trop de membres de la jeune génération puisent leurs informations hors territoires locaux alors qu'ils veulent manger local… et ils ont raison; en cela, j'apprends d'elle tous les jours en bénéficiant de leurs efforts de relocaliser notre alimentation et nous offrir une bien meilleure qualité.
Leur corps est mieux nourri que celui des deux ou trois générations précédentes. Et c'est grâce à des membres de la jeune génération que nous réapprenons à bien manger.


Mais leur esprit…
Ils puisent dans la culture dominante américaine.

«Non au TTIP » nous lancent-ils à longueur de journée (et de Nuit Debout... à faire la Teuf !...) et ils ont raison une fois de plus de refuser cet accord3 ! Mais leur esprit est abreuvé de concepts tout cuits genre « How-to lists » dont les Américains raffolent.


3 « Vola pocwè k' on-z est firs d'esse Walons ! », provisoirement en tout cas, jusqu'à ce que la Wallonie et la Région Bruxelles-Capitale rentrent dans le rang après re-négociations avec les instances européennes. Remarquons toutefois que c'est le groupe socialiste du parlement européen qui a repris la main à la droite dure et extrême emmenée par le duo polonais luxembourgeois. Le Président du Parlement européen et le Ministre-Président wallon honorent bellement leurs titres et fonctions en agissant de la sorte pour sauver la désunion européenne d'une plus grande débâcle encore. Il s'agira d'être vigilants, Citoyennes, Citoyens, pour se tenir à leur hauteur ! Car ils nous honorent aussi, en agissant de la sorte.


  L'occasion fait le larron

Oui, le larron4, c'est moi: j'ai eu l'occasion de participer (très activement, avec la brosse à rebrousser les poils... qui équipe ma caboche !) à une journée de partages d'expériences sur une thématique qui m'est chère, peu importe. Mais c'est de là que je tire ample matière à illustrer trrrrrès  ironiquement mon propos plus large. Lucide et concerné. Je vous emmène ? (oui, vous, là devant votre écran...)


4  « Souvent les circonstances font faire des choses auxquelles on n'aurait jamais songé  » est la lecture que fait de ce proverbe le Grand Robert.


La forme
Des diapositives mal conçues avec un vieux logiciel propriétaire américain: il y a vingt ans, il n'y avait que cela et j'y ai initié des cohortes successives d'ingénieurs… mais depuis, d'autres logiciels libres, bien davantage pertinents au monde qui vient, ont été mis au point5.

Du temps mal géré, des « exercices » inaboutis, d'autres insuffisances relevées par certains participants en fin de réunion… et dont l'animatrice (?) tiendra peut-être compte pour la prochaine fois (« J'ai beaucoup appris... »)

Le tout écrit en dix fois trop petit (police de caractère) et à peine effleuré. Tout dans la superficialité…


5 Pour n'en citer que deux: Freemind, auquel j'ai ensuite initié mes étudiants de l'époque (- 2009) et Prezi, plus récent encore, dont je découvre la puissance grâce à une amie. Pas encroûté, ce cerveau-ci, juste sélectif...

 Freemind, 2D, assez statique
en situation de présentation
Prezi, 3D voire 4D, très dynamique
en pareille situation. (màj 5 5 17)

 Le fond
Et le contenu de ces dias ? Du binaire pur jus, en ligne directe de René Descartes:

colonne de gauche  |  colonne de droite
 Tout ce qui… berk ! |  Nirvanâ


Une structure fractale (une sous-catégorie des structures dissipatives d'Ilya Prigogine) nous est présentée mais il n'en est tenu aucun compte dans la conduite de réunions…
Et le pire, c'est que je ne caricature même pas !
Il existe d'autres logiques qui sont développées par ailleurs sur Nulle Part, notamment à propos de La Crise...


L'américanisation galopante des esprits
Et de l'anglais version américaine très mal franchouillé, genre différen t iation, conscious partners même pas traduit, et le pire du jour: thèmes relevants… Notez la belle francisation par pluriel ajouté à un adjectif qui n'existe pas dans le dictionnaire Le Robert...

Relevant de maladie, oui… révélant l'abysse qui sépare cette jeune génération des deux qui la précèdent immédiatement !

 

 

 

Pour moi BMC = marque de vélo suisse. 

 


Ici, dans la jargonique non maîtrisée, c'est Business Model Concept. Mal prononcé évidemment.


Donc
De la communication creuse autour de thématiques mal dégrossies parce que la différenciation entre le fond et la forme n'a même pas été conceptualisée.


Indigence des contenus
Je  reviens  sur  le  fond:  et  dans  la  liste  des  thèmes pertinents (French  for « relevant  themes »), ne figure  évidemment  pas,  très  haut  dans  la  liste séquentielle (Vive la pensée foisonnante, intuitive, arborescente !) d'actes à poser les uns après les autres:


« Se documenter par la lecture, y réfléchir… »


après avoir dûment appris à constituer une bibliographie solide du domaine. Lire, cette perte de temps ! Vous n'y pensez pas...

Ni, autre thème pertinent, par exemple:

« Aller à la rencontre d'expériences similaires à la sienne pour apprendre par les pairs, de leurs erreurs... »


 Propos ramassé
Pour ramasser mon propos en une phrase: Ne rien connaître (ou si peu...) des rouages complexes du monde qui les entoure, sans parler des 20.000 milliards de galaxies, et s'en satisfaire, pour soudainement prendre conscience de ne rien savoir faire de cette prise une conscience une fois éclose par absence de réseautage neuronal antérieur... Une paresse intellectuelle, finalement.


Émotion
C'était émouvant pour moi (aucune ironie ici) de voir monter cette blancheur au visage de cette jeune personne-là, découvrant qu'elle passait probablement depuis trop longtemps dans sa jeune vie à côté d'instruments de financements et de d'outils diagnostics organisationnels propres à lui redonner du temps dans sa vie professionnelle. J'étais juste un observateur et pas le diagnostiqueur.
Et ce regard d'effroi abyssal qui l'accompagnait glaçait les sangs. Je lui souhaite sincèrement de ne pas déjà avoir laissé se refermer la profondeur de champ entrevue au cours de cette seconde-là. Je lui souhaite d'avoir mis un pied dans la porte, une cale, une pierre, un objet mental quelconque pour pouvoir y revenir à son aise.


Égo surpuissant
Bien sûr, je ne généralise pas6: il y a toujours eu des incompétences partout, toujours, mais elles n'étaient peut-être pas dotées d'un égo aussi surpuissant, calibré sur le vide, agressif, inconscient de l'existence de registres de langue différents (ce « À la bouffe ! » lancé à la cantonnade pour inviter à prendre collation me reste en travers du gosier...), muni de technologies communicationnelles dont elles (ces incompétences) ne maîtrisent que 5 % du mode d'emploi et à cause de ces technologies acquièrent peu des compétences propres pourtant bien nécessaires à leurs intelligences
- bien équipées de neurones, comme nous tous,
- dotées d'une conscience,
- d'un soi,
- et, c'est ici que cela cale, d'une liberté qu'elles emploient sans l'assortir d'un équipage instinctivement humain, puisque ce sont les machines qui leur dictent leur emploi du temps7.
Leur réseautage neuronal interne doit encore apprendre à se formater. Dommage que l'éducation (12 années obligatoires, ce n'est pas rien) passe désormais totalement à côté de cela.


6 J'ai en mémoire ce repas réunissant trois générations pris avec des amis proches, dont deux frère et soeur, où des constats voisins étaient tenus par la plus jeune génération à propos de leurs pairs !

 7 Robert Misrahi a de belles pages sur cette thématique dont je m'inspire ici. Suivez ce lien hypertextuel pour en lire les développements.


Esclaves
Ce que j'ai décelé là est un syndrome d'asservissement aux grandes firmes derrière la technique que le marketing décadent dont ils sont les esprits liges leur a vendu dix fois trop cher et pour lesquels ils épuisent leurs maigres salaires beaucoup trop souvent précaires et instables à renouveler sans cesse un appareillage déclaré désuet par la mode tous les six mois environ, et tombant définitivement en panne quinze jours après le délai de garantie légale.


Bon, j'arrête là, mais cet état de fait, ces constats impuissants me désolent.

Ah oui, et la réponse à la question liminaire, c'était une question rhétorique – vous l'avez compris si vous m'avez lu jusqu'ici ! -mais la réponse est: NON. Non, je ne suis pas un vieux dans ma tête (pas comme d'autres dont je partage l'âge...), et non, je ne suis pas excédé: j'ai appris la sérénité.

Ce corpzesprit-ci essaie juste ici d'insuffler un peu de sens à la jeune génération, fin sourire en coin, énervements pas loin quand même face à tant de suffisances insuffisantes.


 De nombreuses hyperliens parsèment ce texte. Chacun approfondit la thématique concernée.


Statistiques

Membres
16
Articles
2814
Compteur de clics
1786637

Recherche