Typologie des trois genres de connaissance: in L'être et la joie 113, par R. Misrahi
 1er genre  Par ouï-dire Connaissance empirique sans fondement.
Elle ressortit de la confusion des sens.
Elle est passive et répétitive;
elle est source de toutes les désillusions.
 2genre  Rationnel et démonstratif
 (comme les maths)
 La connaissance de 2e genre
procède par l’enchainement déductif
&  emploie des notions communes.
Elle définit la science intuitive.
Le savoir ici est certes fondé, nécessaire & universel
mais uniquement conceptuel & abstrait.
 3e genre  la science intuitive  Elle saisit intuitivement, de façon intellectuelle et
immédiate, le rapport entre un attribut infini de la nature
et l’essence de la chose= un mode singulier de cet attribut.
La connaissance du 3e genre appréhende,
comprend de façon immédiate, le lien entre les réalités
singulières et les aspects spécifiques de la nature infinie
qui les fonde (choses ou idées).
C’est vers ce genre de connaissances
que toute l’éthique conduit son lecteur.
Le contenu, la signification  ne peuvent être saisis
qu’avec la vérité.
La science intuitive appréhende concrètement
(et non plus abstraitement comme dans le 2e genre)
LE RAPPORT / LE LIEN. 114

1er Par ouï-dire: connaissance empirique sans fondement
2e Rationnel et démonstratif (comme les maths); le savoir ici est certes fondé, nécessaire & universel mais uniquement conceptuel & abstrait.
3e Le contenu, la signification ne peuvent être saisis qu’avec la vérité / la connaissance du 3e genre est la science intuitive: elle appréhende concrètement (et non plus abstraitement comme dans le 2egenre) 114
LE RAPPORT / LE LIEN, dit RM dans les 100 MOTS, s'opère entre 1-  la totalité comme substance & 2- la singularité de tout être.

Cette science intuitive (3e genre) consiste à saisir l’immanence de la manière dont les réalités singulières s’insèrent dans la nature infinie.
Cette science intuitive implique de se libérer par rapport à tous les mythes de transcendance & de libre arbitre.
La science intuitive libère l’esprit à la fois de l’imagination et de la servitude.
Il s’agit dès lors de se libérer définitivement de la connaissance de 1er genre, la connaissance empirique, car elle produit l’imagination illusoire et la fausseté des idées tronquées. Seule la connaissance de 2e genre, la connaissance rationnelle, peut déboucher sur et engendrer un système d’idées adéquates relatives aux structures de l’être, c’est-à-dire la nature. C’est seulement à partir de cette connaissance rationnelle, à partir de l’unité de nature que peut émerger la saisie intuitive du lien entre
-  les choses singulières &
-  la nature infinie.
La béatitude et la liberté en découlent, d’où naît le sentiment d’éternité.
Plus on est capable de saisir du lien par la science intuitive, plus nous acquérons de l’intérieur la conviction de l’unité du monde & plus nous accédons à la plus haute joie.

Se convaincre que le monde est un.

Accéder à la plus haute joie.


Car mieux on a conscience de soi-même, c’est-à-dire plus on est parfait et heureux.
À la fin de l'article consacré à la connaissance, ces mots-clés apparaissent: amour conscience éternité idée raison satisfaction de soi vérité.

Il s’écrit ainsi un balisage essentiel du spinozisme grâce au génie philosophique de Robert Misrahi, bien ancré dans notre temps.


Statistiques

Membres
16
Articles
2848
Compteur de clics
1868160

Recherche