La foule, d’apocopes en syllabaires, régresse.
Elle devient masse émotive et larvaire.
Elle s’abrutit de bruits, d’alcools et de drogues.

Intoxicating the youth
seems the best way
to avoid awareness
of The Wall in which we have landed.

La foule se veut festive et se défonce
à coups d’urinoirs sur place
et de chies en folie, à peine voilées.
Les boues dans lesquelles elles pataugent
n’ont pas que la pluie pour origine…

À force de « s’éclater », ils se fragmentent
indécis, indicibles, souvent inconscients
d’avoir perdu des morceaux de soi
en cours de route.

Remember this airplane shot 10.000 m high
and dismantled bodies on the ground ?
The effect might be similar.

Ils y gagnent acouphènes, surdités larvées,
gueules de bois répétitives
et parcimonie de joies vraies,
face au soi rapidement absent.

Ces foules sont presque aussi inquiétantes
que ces Allemands des années Trente
qui marchaient au pas cadencé derrière un fou.

(Freud aurait pour une fois rendu service s’il avait écouté et « soigné » les frustrations de ce peintre mal moustachu, même gratos, tiens ! Cela lui aurait peut-être évité l’exil de l’homme âgé. Mais il était trop bourgeois pour ça, probablement.)


Statistiques

Membres
16
Articles
2848
Compteur de clics
1868155

Recherche