« [...] emmuré vivant comme sont tous les hommes de Devoir. » (C Bobin, La dame blanche, p. 24)
J’ai soudainement élargi mon horizon.
Emmuré sur ma piste de sioux,
un temps renforcé par ma bonne prévision des évènements à venir.
Sur la fin, effaré par ce que j’entrevoyais.
Autant voir d’autres horizons.
Sans me restreindre à celui de mon jardin.
Il me faudra découvrir d’autres lieux.


Statistiques

Membres
16
Articles
2848
Compteur de clics
1868159

Recherche