Avis tranchés ou nuancés, sourire en coin ou regard décalé... En tout cas, la racine. Plus ça va, plus remonter à la racine des choses, à leur cause profonde, leur essence ou leur principe premier semble important.

Dans le menu à gauche, vous y trouvez le recueils suivants:

Arts, à la rencontre de chaque art apprécié, filmer, exposer, peindre, photographier, sculpter & mettre en scène;

Astronomie, là où l'homme acquiert le sens de sa vraie dimension (piccolo ma non troppo...): Concepts-vocabulaire, la galaxie M51, la voie lactée, sources;

Big brother, hommage à G. Orwell, ce prescient majeur, entre Divergences ironiques et une fiction: La clairière;

L'Inde au coeur, entre auteurs indiens et occidentaux, courants, perceptions & tantrisme;

Lire pour vivre: Je me délivre depuis des années dans la lecture choisie et intensive aux azimuts circonstanciés. Ce recueil présente un peu la place que la lecture occupe dans ma vie. Je suis d'abord un lecteur avant d'être un écrivant. Prenez-les comme une invitation au parcours. j'ai retenu quelques ouvrages fondateurs du mien. Mes lectures se répartissent en essais, nouvelles, poésie, romans.

Et de tous temps, j'ai lu peu de fiction et pas du tout de poésie. La trentaine psycho, tendance Carl R. Rogers quand même, avec applications dans la gestion concrète du groupe-classe, la quarantaine philo (tendance compréhensible !), la cinquantaine a terminé sa course en poésie et la soixantaine confirme: c'est dans le menu déroulant (dans le chapeau du site) intitulé Écritoire que cette plume à la forme qui chôme de façon ambigue se rassemble sur Nulle part !

Philo, quoi ! est probablement la rubrique qui a le plus pris d'ampleur ces derniers temps, mésologie et spinozisme faisant. A. Comte-Sponville, ce vulgarisateur de génie, a initié ce parcours philosophique-ci, Éduc-passions (je n'oublie pas mon premier métier), Engagements: c'est peut-être ici que le radicalisme d'une pensée prend tout son sens; le dernier recueil, bribes philosophiques, contient quelques essais personnels.

Enfin, dans l'art du roman initiatique à la belle langue, un maître absolu: Jacques Abeille, ses contrées (la chôra chère à Platon et A. Berque), ses arts poétique et érotique;

Dans tous les genres, pour autant que cela décape, un vivier intarissable: Jacques Sternberg et des contes brefs, des essais, sa petite anthologie poétique dans les Chefs d'oeuvre de l'érotisme, plexus et quelques romans. avec quelques photomontages pour la revue Fiction.


Statistiques

Membres
16
Articles
2775
Compteur de clics
1694364

Recherche