Mes commentaires se limiteront pour l'instant à l'une ou l'autre citation puisque je suis en train de lire cette suite aux Jardins statuaires.

ART POÉTIQUE: L'auteur y distille, au détour d'une page consacrée aux "écritures" des Barbares du titre, un art poétique puissant et subtil, dans lequel je me reconnais assez bien.

« Le poème est la sténographie d'une vision. Il arrive que l'espace qui nous entoure offre à nos yeux un arrangement d'objets, de formes et de couleurs d'une nature telle que pour un fugitif instant il n'y a plus de contraste ni de frontière entre les méandres de notre rêverie et l'ordre secret du monde. C'est cela qu'ils notent en se donnant pour seule règle la plus grande simplicité, la plus explicite brièveté. » (p. 105).

Jacques Izoard n'aurait, je crois, pas renié cet art poétique lâché au détour d'une page relatant la vie des Barbares ayant envahi Terrèbre.

"LE SAVOIR n'est pas un bien ?
- C'est aussi une force.
- Alors, cette force est bonne." (p. 94)

Pour découvrir le parcours habité de cet auteur à nul autre pareil, sorti d'un nulle part fait de courges, je vous suggère la lecture d'un texte très documenté paru sous la plume de Gil Pressnitzer:
http://www.espritsnomades.com/sitelitterature/abeille/abeille.html Ce site recèle par ailleurs des analyses souvent décoiffantes dans de nombreux domaines. Séjournez-y tant que vous y êtes...

Un univers onirique immense soutient la plume de Jacques Abeille pour lui faire acquérir une cohérence qui se mesure d'un livre à l'autre. Il tisse de façon serrée trames et chaines d'un seul récit au travers de ses romans. Chaque univers appartient au point de vue qui s'y développe.
Jacques est aussi peintre. Les éditions Le Tripode y consacre une page avec ses oeuvres.


Statistiques

Membres
17
Articles
2988
Compteur de clics
2280961

Recherche