Le souffle1 d'après l'accroc
fait à la toile vitale
s'affermit du faufilage2
qui y prend petit à petit corps.

Le soi affleure sur le bord
de la voie novatrice qui se trace
sur la page, nervurant ainsi

le maintien reçu & plus serein
du fil de soi tendu au-dessus
du rien que surplombe toute vie.


1 « Pour vous, l'inspiration, c'est: Trouver le souffle. Tout tient au souffle. Dans la vie comme en musique. » Raphaël Imbert, Philomag, n° 98, mars 2016.
2. Faufiler, coudre à grands points pour maintenir provisoirement les parties d'un ouvrage avant de les fixer définitivement. Le Grand Robert.


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2814
Compteur de clics
1787477

Recherche