Leur belle mer

Hun Vlaamsche Kust

Des gens simples,
touristes d'un jour aussi:
ils se déposent pas loin,
sans façons, grand essuie bleu.

Trois s'asseyent face à la mer.
Le quatrième fonce
sur l'eau peu profonde
et s'y médite une vie.

Simple.
Il revient,
goéland
ou pingouin.

Il en imite ailes & démarche.
Assise au milieu du trio,
elle veille discrètement sur eux.
Avec attention, sans ostentation.

Le troisième, silencieux,
a juste tiré la langue
deux ou trois fois
en réponse au rire adolescent

d'une frôlante
de passage.
Des gens simples,
je vous dis.

Hest beste op HUN kust:
HUN taal spreken.

Dan bent u beter aanvaard
door de kelnerin, en de shopkeepers.

Vreemde talen verkennen ze niet,
Frans het slechtste,
DE historische bourgeois taal.

VB-NVA hebben gewonnen,

evenals
de burgemeester
van Oostende

toch zogezegd Anders is...

 Hier voel ik me
nooit meer thuis.
Niet mijn vaderland.

 

Devenir sablonneux, de sable importé,
accumulé, d'origine douteuse.
Ce déhavrement d'un jour

suffit au bonheur de l'homme.
Comme si l'homéostasie atteinte
en son havre suffisait à y puiser

toutes les ressources
sans autre ailleurs
désormais.
S'y rincer l'oeil.
Y plonger le regard
dans le bleu de l'horizon.

 

Une seule rondeur affleure,
réminiscence.
Si franchissable.

jj


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2775
Compteur de clics
1694426

Recherche