Ces cartons colorés (photo suivra) enfichés par l’adolescent dans chaque livre de sa bibliothèque embryonnaire, d’ailleurs délaissée par le très jeune adulte en quittant le domicile parental, préfigurent une vocation de bibliothécaire-documentaliste qu’il exercera par intermittences parsemées en couches profondes sous-jacentes à sa vocation première de passeur.
Pister ainsi la marque d’une constance ne peut advenir qu’avec le recul qu’offre l’âge mûr à l’homme fait, désormais fin acteur d’une préhistoire qui s’est écrite dans une cohérence focale qui surprend & rassure à la fois par la profondeur du sillon creusé à même la matière brute de son flux vital qui a dû, c’est une supposition rétrospective, de tous temps se montrer puissant pour continuer à s’écouler profond, malgré les vaguelettes que d’épiphénoménaux élans vitaux rendaient à la surface, sans effets délétères permanents sur la rémanence manifeste de ce flux vital profond.

On met tous presqu'une vie
à embraser nos chantoirs

libérant le fleuve énergétique.

Souvent les tâtonnements erratiques retiennent une exposition prématurée, impromptue & pour ainsi dire hors de propos si elle s’était imposée trop tôt.
Voici qu’apparaît l’âge du parfaire par épanouissement des riches heures passées à le construire, à le respecter en dépit de soi, à l’amplifier dans l’insavoir de ces abîmes coulissés où toute vie sécrète son propre velours, à l’abri de tous les regards, y compris celui de leur créateur malgré lui, en dépit même de lui.


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2878
Compteur de clics
1940084

Recherche