Corps offert à l'énergie de l'estive
engrange les émoluments de l'émoi
alangui au gré de l'afflux sans esquive

près du havre impassible, pas à l'étroit
dans sa droiture tendue vers l'infini,
offrant un ombrage intermittent au noroi

rendu muet d'un surcroit de paix béni
provenant de terres au Sud du désert
là où des Cathares*, à l'abri du déni,

tels Diogène, savent joies éphémères
qui rendent à la peau l'assentiment de soi
sans vouloir feindre la pudeur délétère.

* Pas sûr que ce soit bien historique que cela, mais voilà !

 

Série Tercets al Dante


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2775
Compteur de clics
1694353

Recherche