Tromperai-je d’irréel l’ennui  
des monotonies pensives  
dès l’approche du soir sur le phare ?  
Masquerai-je, fantasque, l’attrape-cœur ?

Marcherai-je un jour sur les eaux
à la recherche d’autres visions,  
si éloignées de celles, fictives,
qui encombrent les livres pieux ?

Porterai-je un jour la saveur  
des infinis cachés en soi,  
arrimés par la solitude
plurielle des imaginaires enfouis ?

Franchirai-je le pas, au-delà de soi ?


Statistiques

Membres
17
Articles
3411
Compteur de clics
5115506

Recherche