Est-ce parce que je connais trop bien l'oeuvre - que j'adore - mais tout cela m'a laissé froid (sauf le deuxième étage, j'y reviens)? D'abord, j'ignorais tomber dans l'antre royaliste par excellence: ce palais a été occupé par la dynastie néerlandaise de 1901 à 1991. Pas moyen de l'ignorer...
Ensuite, Escher est un maître de l'illusion d'optique. Les murs sont tapissés d'originaux de relativement petite dimension, assez mal mis en valeur. Et puis, je n'ai pas compté les oeuvres majeures absentes (eh oui, les collectionneurs...), cela n'aurait servi à rien.
Bien sûr, les accrochages sont des originaux mais notre oeil a pris l'habitude d'être esbroufé. Cet alignement sage en deux dipmensions sur des murs royaux, bof bof donc.

Enfin, le deuxième étage: quelques illusions d'optique mises en oeuvre de façon convaincante, comme l'illustration de cet article. Mais elles sont trop peu nombreuses pour rattraper une scénographie absente.
Bel effort décoratif dans les luminaires, par contre. Des oeuvres d'art convaincantes de la main de Hans Van Bentem.
Le maître avait du génie. Ses ayants droit vendent des tasses à 24,50€ dans la boutique du Musée. Pour une seule tasse, hein, rêvez pas!
En plus, la gare est en grands travaux. La lisibilité dans la ville et dans la gare en devient presque minimaliste, entre des tours gigantesques à la gloire de Saint Capital, je présume. Comme les abords de la gare du Nord à Brüsel.
Bref, heureusement que j'adore prendre le train!

La campagne néerlandaise,
ses chevaux paissant
dans la candeur
d'une (presque) vraie journée de printemps,
est apaisante,
hyperirriguée,
sablonneuse.

Un jour, cela (re)deviendra un sport de riches d'aller au musée: 8,5€ pour ça, franchement...


Statistiques

Membres
17
Articles
3043
Compteur de clics
2611046

Recherche