Il n’y avait qu’Outre la Meuse, Dju Dla, pour accueillir une fusion blues (et quel blues !)-poésie.


Poétique du blues


La poésie de Milady Renoir semble native au blues, avide de blues; le blues boit la poétesse; la magie prend l’instant et le maintient au faîte de l’exigence.
Dès la deuxième phrase, j’ai su que la soirée serait bonne.
Le trio de blues est rôdé question impros (Foufi est La guitare, Lionel Aquilina câline à la batterie et Farida Amadou mord ses cordes à la basse).
La poétesse a la voix posée des diseuses naturelles.
Elle l’a belle, modulée, acidulée, tendre, ironique, sans apprêt. Proche d’elle.
Elle se laisse imprégner par la force de ces notes de dju dla.
Elle nous embarque dans de longs textes répétitifs qui lancinent le rythme inspiré de ce Liégissime blues.
Elle nous embarque dans une poésie sans rime (sauf Renoir/ce soir..) mais avec raison (genre « Je suis la courbe du cube »).
Cet envoûtement prosodique s’improvise, fusionne ce quartet: il a le blues poétique, il fait jaillir des bulles de poéblues.
Elle nous embarque dans leur musique.
Elle est chez elle.
Cette musique sonne sienne.
Son rythme les a syncopés.
Elle les a emmenés dans une courbe du cube, par interim, en solo pupitré.
Jamais la voix ne chante.
La voix se contente de laisser vibrer cette musique native entre ses cordes vocales.
Le quatrième instrument, très construit, a la force naturelle des évidences animées.


Le Je s’omniprésente.
Le Je module l’origine d’un monde-univers.
Ce moi pulse la nature du blues.
Dans la sphère du blues, elle découpe la courbe du cube.
Ce moi dit la poésie-maîtrise baignée dans cette nativité musicale.
Je dit la vague,
divague
sans lasser
parce que la musique est là.
La voix module
La basse ondule
La guitare ridule
Et la batterie adule la voix qui répond à la basse qui suit la guitare.
La voix sourit aux sons. Ça se voit.
La voix se rit des sons. Elle en voit.
La voix s’enhardit dès le premier instant: elle envoie jusqu’à la justesse.
Une fusion réussie pour une soirée réussie.
Quel beau quartet que voilà. Je milite déjà pour qu’il se reforme…sur d’autres textes, quand ils auront été produits, d’ailleurs en univers…


Consigne d’atelier Innocent: Partir de la Sphère pour visiter le Cube entre Nulle part et ces Courbes


Vous avez raté ça ? C’est probable… Dommage.
C’est quand la prochaine date de ce quartet-là ? Pensez à me prévenir ! Même à la dernière minute…


Deux sites à visiter: http://www.miladyrenoir.be/
Et http://www.blues-sphere.com/WordPress/ (rue Surlet).

 


Statistiques

Membres
17
Articles
3239
Compteur de clics
3591040

Recherche