J’érafle une langueur.
L’allongé dans l’ordre.
L’eau tombée sur le corps
le désincruste
des sursauts de la ville.
L’inspir régule l’expir,
à la frange d’une joie,
voisine de la continuité.

Parfois le corps se saisit
d’une maîtrise étonnée
du lâcher prise.

 

Parc hôtel Biron, Paris 11 2013.


Statistiques

Membres
17
Articles
3175
Compteur de clics
3190535

Recherche