Ce musée dédié au sculpteur Antoine Bourdelle (1861-1929) est une offrande monumentale au regard.

Une promenade virtuelle dans les sculptures créées par Antoine Bourdelle est un plaisir en soi, une tendresse que je vous invite à offrir à votre regard. S'enfouir dans l'environnement immédiat d'oeuvres qui vous interpellent est un plaisir marquant.

Que peut le soi, en lisant ses Leçons, à part admirer la poésie qui sourd de chaque ligne, à gros bouillons ? Le lire fait mieux comprendre la force ressentie au contact de sa statuaire de vérité (150), joyeuse de cette vérité trouvée en soi. L'homme est cultivé. Il fait moult allusions, se réfère à l'histoire grecque et latine, fréquente leurs mythologies en familier. Il est un artiste plasticien mais aussi un véritable écrivain, un poète qui nous offre sans fioritures une vitalité visionnaire puisée en soi. il fait montre d'un lyrisme à couper le souffle. Ses Leçons sont autant d'envolées, de trouvailles, de visions justes. Il caresse les mots comme il façonne ces « blocs d'argile impatiente » (147), avec amour. Les éditions des cendres ont par ailleurs publié un recueil réunissant "un choix de textes littéraires, prose et poésie, dont la plupart appartient aux années de jeunesse de Bourdelle". Ces Leçons, postérieures, sont prose poétique de la maturité.

Il a fait cours entre 1909 et 1929 à l’Académie de la Grande Chaumière, qui existe toujours. Il y animait aussi un atelier. Ces leçons ici rassemblées par Madame L. Dalon sont la retranscription de feuillets appartenant aux archives du musée. Sa femme, puis sa fille les lui avaient confiés. L'ouvrage a bénéficié d'un premier tirage en 2007.

Glanes Bourdelliennes

- Je ne viens pas ici pour essayer de faire accepter par vous des vues qui pourraient convenir à moi seul.... Je ne veux créer aucun dogme, il faut que nous précisions nettement cela: ici c'est la liberté pour vous tous, de toutes vos formes d'esprit. 9

Je me prends à rêver de pédagogies révolues...

- Les grands envols, les grands voyages sont intérieurs. N'attendez rien du dehors avant d'avoir lu en vous-mêmes. ... Faisons en nous le silence et le recueillement... 11
- Nous devons être des chercheurs humbles devant la nature infinie. 13
- Les grands voyages sont intérieurs. 13
- Ce que je veux ici c'est émouvoir le dedans de nous-mêmes. 19

Les deux paragraphes suivants valent programme pour les temps présents (2016):

- Il ne faut pas dire si cette voix est de notre pays ou d'un pays lointain ou d'une nation autre. Les voix qui frappent en nous ne sont ni de près ni de loin; elles sont seulement les éveilleuses de voix qui s'étaient longtemps tues en nous, il nous semble, et qui tout à coup viennent s'éveiller comme des hôtes divins voilés par notre oubli. Et ces voix, hautes, sonores comme la vérité, ne sont ni de près ni de loin; ce sont des voix parentes à la grande source des vérités latentes, qui dort comme fragmentée dans des millions et des millions d'êtres qui forment le faisceau humain.
Inutile à présent de vous dire combien pour moi sont inutiles les frontières*. je me contenterai de répéter ici la grande parole d'un homme noble entre les hommes: « Je suis concitoyen de toute âme qui pense. La vérité c'est mon pays. » Ces deux vers de notre Lamartine** sont tout un infini. 20
- Si nous ne nous connaissons pas nous-mêmes, nous connaissons très mal les autres. 23

Sa première leçon de 1911 est un Essai sur l'avenir. Une démarche véritablement philosophique, en huit parties brèves.

- Une vérité affleurant à sa plénitude éclaire d'autres vérités. Par celles venues de notre art, en nous, essayons donc, sculpteurs, d'atteindre la divination: prédisons-nous, chaque jour, à nous-mêmes jusqu'à quel plan notre élan peut descendre jusqu'à quel plan notre élan peut monter. 145
- [...] Mais, pour notre étude étendue, pour que nous explorions ensemble nos horizons mystérieux, j'ai apporté bien autre chose, j'ai appelé tout mon passé, j'ai assemblé tout le présent. J'ai dit l'avenir: "Retourne-toi vers nous". J'ai dit à toute une existence: "Entasse-toi, résume-toi ici, pour tous." 145

Suivent alors une série de questions de nature philosophique, qui révèlent ainsi comment ils emmenaient ses élèves vers leur propre matrice créative:

- Sommes-nous si certains que notre avenir nous précèden be serait-ce pas qu'il nous suit ? N'est-ce pas nous qui déformons, qui transformons les biens du monde ? Posons-nous bien au meilleur de nous-mêmes les fondamentales questions pour la direction de nos jours.
Ce n'est pas le passé qui nous suit mais ce qui nous suit, nous et notre passé, c'est l'avenir que nous croyons devant. Tout notre passé nous devance car, au-dedans de nous, c'est lui qui dicte la mesure à notre étape de demain. Oui, c'est bien toi, notre passé, qui es notre guide éprouvé. 146

- ... des demains anciens [...] nous précèdent tous sur le chemin d'hésitation où nous cherchons la place de nos pas. 147
- Il faut aimer la vérité si nous voulons qu'elle nous parle... Il faut aimer la liberté. 148
- On n'est secouru que par soi, et vous ne pouvez pas nous suivre. 149
- L'indifférence est une désertion. 150
- Ces chefs d'oeuvre d'art sont des destins sculptés. 152
- Vos propres oeuvres [sont] comme autant de révélations de vous-mêmes. 152
- J'écoute plus que je ne dis. 153
- Ne construis rien au-dehors de ton âme.
340

Ces Leçons nous donnent à lire un esprit en marche, un artiste dans la plénitude d'une maturité entière. Presque chaque page sa pépite, son bonheur de lecture.

Le mistral sur le port de Marseille retient un instant son attention: « Le vent a pénétré la forme, il n'est d'aucune école, d'aucune chapelle, il n'apporte aucune formule, il est vivant, il veut passer, il cherche un chemin et cela, mes amis, est tout le travail de l'artiste, est tout le combat du génie. » 157

Le nu [...] est une manifestation entière, violente de la création véritable. 181 Vouloir que ses journées soient attachées, sa vie liée avec la vie. 183 [L'aurore est représentée ici sans voile. L'explication est donnée en suivant le lien. ]

« L'art n'est pas autre chose que le mortel qui pressent l'immortel.
Vous serez peu nombreux, dit-il à ses élèves, ceux qui entrerez chez les pâtres de vérité.
Les solitaires furent toujours très rares.
Le grand pays sincérité a peu de passants, la joie profonde et unique de la recherche humble et infinie est peu connue. » 183

 

Il s'agit d'entrer dans le coeur de la cause. 182

À suivre.


* Une contingence organisée veut que j'aie visité le Musée Bourdelle et le Musée de l'histoire de l'immigration la même journée.
** in La Marseillaise de la paix, 1841.


Statistiques

Membres
17
Articles
3205
Compteur de clics
3327640

Recherche