G. Doré

Un lièvre quoi ?

Voici un extrait de l'ouvrage de Didier Debaise, p. 134-135; c'est ce passage qui m'a poussé à écrire cette note à caractère linguistique:

L'auteur explique donc ce qui l'a poussé à traduire le mot LURE par APPÂT. Pourtant, une chose me chiffonne: la préposition qui suit LURE dans l'expression utilisée par A. N. Whitehead: a lure for feelings. Cet usage me paraît à tout le moins inusité. J'investigue donc plus avant.


Lever un lièvre Prépositionnel, donc, consiste à tiquer sur l'usage de la préposition for en anglais dans l'expression: a lure for feelings dans l'extrait de cet excellent ouvrage de décodage philosophique de l'oeuvre de A. N. Whitehead par Didier Debaise. Je ne possède pas le texte anglais dont cette expression est extraite. Il m'aurait permis de contextualiser le passage dont est extrait l'expression. La note 183 de l'ouvrage de D. Debaise nous indique simplement la source française: Procès et réalité. Essai de cosmologie, p. 306.

Pour rappel, je suis un angliciste ayant passé toute sa carrière dans l'enseignement supérieur en Haute École à des étudiants en mastère ingénieur industriel &, plus brièvement à des traducteurs: English for special purposes for engineering students et Scientific/Economic/General translation & terminology to translators.

Je suis dès lors dubitatif à propos la traduction proposée & pourtant justifiée de l'expression utilisée par A. N. Whitehead: the lure for feelings. Matois, je reste sur mes gardes: D. Debaise ne semble pas avoir noté l'usage inusité de la préposition FOR. Je vérifie dès lors dans la base de données en ligne de l'éditeur anglais Collins, qui publie et met à jour un entreprise lexicographique novatrice pour les « advanced students ». Elle a pour nom COBUILD, COLLINS COBUILD.

Je cherche des exemples d'usage de LURE avec la préposition FOR. Nada & je n'en trouve aucun. Tiens, me dis-je, cela confirme mon impression. Et puis je rapproche instantanément cela de la belle langue classique sous la plume d'A. N. Whitehead que je suis en train de lire dans Modes of thought. Et je me dis qu'il n'écrit vraiment rien par hasard. Tout est pesé dans ses conférences. Il emploie sa langue en face d'un auditoire anglophone qui possède une appréhension fine de l'usage qui est fait de la langue anglaise.

L'absence d'exemple d'usage de la préposition FOR dans la base de données comme l'autre traduction proposée par le dictionnaire traductif Robert&Collins me poussent toutes deux à émettre l'hypothèse d'une traduction alternative du mot LURE.


Hypothèse: Traduire Lure par Attrait au lieu de Appât ?

Et si, donc, Appâts ne convenait pas pour faire passer la teneur du propos de l'auteur francophone ? Hypothèse, juste à triturer donc. Bien sûr traduire, c'est constamment opérer des choix éclairés par l'utilisation que fait l'auteur dans le texte original. D. Debaise lui-même a aussi titré de l'expression « La célébration des possibles » une communication non publiée sur le philosophe anglais. Elle rend hommage au style soutenu d' A. N. Whitehead.

Si les possibles se célèbrent, n'est pas d'abord pour leur attrait ?

Parmi les traductions proposées par le Robert-Collins pour LURE: attrait. Le pour devient créativement plus plausible dans ce contexte. Il est la traduction de la préposition anglaise, dans le sens de « en faveur de ».

Attrait pour des sentirs ? Au lieu de Appâts ?


Autre argument, l'étymologie (OE lothian, to invite; voir plus bas) ainsi que les synonymes. Les deux propositions de l'auteur capture singulière des sentirs ou une prise singulière des sentirs sont également intéressantes, même si elles semblent moins directement accessibles pour des non philosophes.

Cette proposition d'une éventuelle modification de la traduction, ou en tout cas la survenue d'une nuance, s'adosse à trois pages serrées extraites du site mis en ligne par le dictionnaire COLLINS COBUILD. Elles sont jointes pour servir d'exemple des matériaux avec lesquels nous, les linguistes, pouvons aussi travailler pour aboutir à une éventuelle proposition de traduction.

Les voici:

lure

Pronunciation: ʊəʳ ʊ (lj  , US l r )

Meanings: Word forms: plural, 3rd person singular present tense lures , present participle luring , past tense, past participle lured
1. verb
To lure someone means to trick them into a particular place or to trick them into doing something that they should not do.
He lured her to his home and shot her with his father's gun. [VERB nounpreposition/adverb]
They did not realise that they were being lured into a trap. [VERB nounpreposition/adverb]
The company aims to lure smokers back to cigarettes. [VERB noun preposition/adverb]
Synonyms: tempt, draw, attract, invite   More Synonyms of lure

2. countable noun
A lure is an object which is used to attract animals so that they can be caught.

3. countable noun [usually singular]
A lure is an attractive quality that something has, or something that you find attractive.
The excitement of hunting big game in Africa has been a lure to Europeans for 200 years. [+ to]
The lure of rural life is proving as strong as ever. [+ of]

Ce troisième sens ↑ ne figure pas parmi les propositions de traduction du Robert & Collins.

Synonyms: temptation, attraction, incentive, bait.   More Synonyms of lure COBUILD Advanced English Dictionary. Copyright © HarperCollins Publishers
Behind more synonyms of 'lure' = Tempt temptation verb tempt, draw, attract They did not realise that they were being lured into a trap.
Noun temptation, attraction, incentive The lure of rural life is proving as strong as ever. Copyright © 2016 by HarperCollins Publishers. All rights reserved.


Additional synonyms

allure
The dog was allured by the smell of roasting meat.
attract
If something attracts people or animals, it has features that cause them to come to it.
Summer attracts visitors to the countryside.
attraction
It was never a physical attraction, just a meeting of minds.


lure in American

ʊ (l r ; loor)
noun
1. a device consisting of a bunch of feathers on the end of a long cord, often baited with food: it is used in falconry to recall the hawk
2. a. the power of attracting, tempting, or enticing the lure of the stage / b. anything that so attracts or tempts
3. a bait for animals; esp., an artificial one used in fishing

verb transitive Word forms: lured or  luring
4. to recall (a falcon) with a lure
5. to attract, tempt, or entice, often with on


Dans la même base de données en ligne, la synonymie compare aussi l'usage de plusieurs mots en anglais:

SYNONYMY NOTE:

lure suggests an irresistible force, as desire, greed, curiosity, etc., in attracting someone, esp. to something harmful or evil [lured on by false hopes];

entice implies a crafty or skillful luring [he enticed the squirrel to eat from his hand];

inveigle suggests the use of deception or cajolery in enticing someone [they inveigled him with false promises];

decoy implies the use of deceptive appearances in luring into a trap [artificial birds are used to decoy wild ducks]; beguile suggests the use of subtly alluring devices in leading someone on [beguiled by her sweet words];

tempt suggests the influence of a powerful attraction that tends to overcome scruples or judgment [I'm tempted to accept your offer]; seduce implies enticement to a wrongful or unlawful act, especially to loss of chastity
OPPOSITE:  repel
Webster’s New World College Dictionary, 4th Edition. Copyright © 2010 by Houghton Mifflin Harcourt. All rights reserved.
Derived forms
ˈ lurer (lurer) noun 


L'étymologie

Word origin of 'lure' ō ME < MFr leurre < OFr loirre, prob. < Frank or Goth *l thr, akin to MDu loder, lure, OE lathian, to invite


Enfin, des exemples d'usage peuvent aussi guider le choix de traduction. Voici ce que la base de données délivre:

Example sentences containing 'lure'

Je les ai réorganisées en fonction de l'usage verbal puis nominal

En tant que verbe, to lure:

It is not simply a question of luring back British officials from Brussels. Times, Sunday Times (2016)
France moved to capitalise on Brexit yesterday with the launch of a scheme to lure businesses away from the City. Times, Sunday Times (2016)
The smartphone game Pokémon Go has been credited with improving the health of its players by luring them away from computer screens and into the real world. Times, Sunday Times (2016)
We reckon our top tips could lure viewers back in their droves in no time. The Sun (2012)
Many beautiful women are lured by promises of riches into making sordid films.The Sun (2006)
The man was pretending to lure me away using a squeaky rubber duck. The Sun (2016)
Investors were lured with the promise of high returns at low risk. Times, Sunday Times (2011)
But the biggest one is luring him back home. Times, Sunday Times (2013)
It has accused them of conducting an unlawful conspiracy to lure away its staff and clients. Times, Sunday Times (2008)
It could be that British history lures us back. The Sun (2014)
The voters who the leadership rivals are trying to lure back to Labour are not only bored but actively hostile. The Sun (2010)
The company is made up of dancers who usually come from smaller companies, lured by the possibility of dancing solo roles. The Times Literary Supplement (2008)
Many have been recruited forcibly, while others have run away from home, lured by the promise of food. Times, Sunday Times (2011)
This has been interpreted as a human being wearing an animal skin, playing music to lure the game into his sights, but he is still a mystery. The Times Literary Supplement (2012)

En tant que nom, a lure, the lure

The lure of gang life competes fiercely with the appeal of graduation. Christianity Today (2000)
The lure of a big cash payout is sometimes too great to resist. The Sun (2015)
Today hairdressing needs to prise young people away from the lure of university degrees. Times, Sunday Times (2006)
This time drivers could find the lure of cheaper premiums too hard to resist. Times, Sunday Times (2010)
Then there is the lure of life in London. The Sun (2016)
Clearly, politics exercises a strong lure. Times, Sunday Times (2016)
The lure of British life is strong. Times, Sunday Times (2010)


Fréquence: Trends of 'lure'

In Common Usage. lure is one of the 10,000 most commonly used words in the Collins dictionary


Translations for 'lure'

British English: lure VERB

To lure someone means to trick them into a particular place or to trick them into doing something that they should not do.
He feared he might be lured into a trap.

American English: lure

• Brazilian Portuguese: atrair
• Chinese: 引诱
• European Spanish: engatusar
French: attirer
• German: locken
• Italian: attirare con l'inganno
• Japanese: 誘惑する
• Korean: 유인하다
• European Portuguese: atrair
• Spanish: engatusar

British English: lure NOUN
A lure is an object which is used to attract animals so that they can be caught.
• American English: lure
• Brazilian Portuguese: isca
• Chinese: 诱饵
• European Spanish: cebo
French: appât
• German: Köder
• Italian: richiamo
• Japanese: おとり
• Korean: 미끼
• European Portuguese: isca
• Spanish: cebo


Conclusion propositionnelle & provisoire ?

Quand les traducteurs en français de Whitehead (notamment H. Vaillant, ingénieur - voir sa notice à la BNF) se font implicitement, si pas vertement, critiquer par la philosophe Isabelle Stengers en un avertissement au verso de la page de titre de Penser avec Whitehead, il ne semble pas y avoir beaucoup de spécialistes de la traduction dans cette équipée philosophique prestigieuse ...

Il reste un autre aspect. A. N. Whitehead est anglais. Il parle à un auditoire universitaire américain. Il réside aux USA depuis 1924 & il y mourra en 1947 à 86 ans (source Wikipédia). Comme William James (et son frère Henry James), il baigne dans les deux cultures. A-t-il vu son vocabulaire, au contact assidu de collègues universitaires américains, se teinter d'usages plus américains que britanniques ? C'est évidemment une question à laquelle je ne suis pas à même de répondre ! Voici l'avertissement qui figure dans son ouvrage Penser avec Whitehead (2002):

 

Et Madame Stengers remet le couvert avec un nouvel avertissement de même teneur dans Civiliser la modernité ? :

L'agacement est bien installé.


Traductions modifiées

Et quitte à aggraver mon cas, poursuivons le raisonnement: l'insatisfaction stengersienne, agacée face aux traductions existantes, s'immisce également dans de nombreuses notes infrapaginales de son récent et fort réussi Civiliser la modernité ?. Elle y corrige des traductions en annotant d'un traduction modifiée la où elle est intervenue, y commente aussi la piètre qualité globale de certaines. Elle se livre, en chimiste, donc en scientifique, et en philosophe à de la critique de traduction, domaine habituellement davantage pratiqué par des linguistes...

Dans cet ouvrage, j'ai dénombré 30 notes portant sur les traductions des différents ouvrages de Whitehead sur un total de 220 notes, ce qui représente quand même 13,63%. Cette critique de traductions s'adosse vraisemblablement à sa (bonne, voire très bonne) connaissance de la langue anglaise, voire même à une compétence linguistique certaine acquise au fil des ans. C'est peut-être l'étape la plus périlleuse dans son approche (et la seule pour laquelle nous sommes, les anglicistes, peut-être à même d'offrir une perspective différente), celle où l'on croit savoir...

Les linguistes, et particulièrement les spécialistes de la linguistique contrastive, manient des ouvrages de référence, des outils performants, effectuent des opérations d'une autre ampleur que le simple agacement.


Que disent les anglicistes de Whitehead ?

En tant qu'angliciste, j'aurais instinctivement tendance à faire davantage confiance à Bruno Poncharal... dont l'habileté se précise d'article en article pour la revue Noesis et d'autres. D. Debaise a lui-même publié plusieurs articles dans cette même revue. Il est possible que les deux contributeurs se connaissent.

En cherchant sur le site openedition.org, j'ai en effet découvert un article très lumineux sur les apports nombreux que la linguistique contrastive peut offrir à la philosophie sous la plume de Bruno Poncharal: Traduire Whitehead : Modes of Thought dans la revue en ligne Noesis.

Il y développe une analyse stylistique serrée et approfondit « certains problèmes de traduction, attenant au lexique ou à la détermination nominale. » Il offre également une éclairante analyse de la manière dont A. N. Whitehead construit « la cohérence discursive, c'est-à-dire la manière dont le sens se construit progressivement dans le texte: au niveau de la phrase, d'une phrase à l'autre pour constituer un paragraphe, puis de paragraphe en paragraphe pour retentir à l'échelle de l'ouvrage tout entier. » 2

L'ensemble d'un autre numéro est d'ailleurs d'un très haut intérêt dans ce débat qui se poursuit ici sur Nulle Part: Noesis n°21 | 2013 La philosophie, la traduction, l’intraduisible. Le même auteur consacre 17 pages serrées à « ce qu'enseigne la traduction à la philosophie sur la question du sens ». Il y souligne dans plusieurs passages la susceptibilité de certains philosophes qui se piquent de traduction à rebrousse-poils ! Je vous laisse déguster en cliquant sur le titre de l'article...

N'étant pas un spécialiste de traduction d'anglais en français dans le domaine philosophique, je me garderai bien de trancher mais ce qu'il en dit corrobore mes observations dans les domaines où j'ai été amené à exercer mes enseignements. En cours de carrière, j'ai d'ailleurs développé des outils issus de la linguistique pragmatique pour emmener des scientifiques de terrain et des technologues de laboratoire à parcourir la littérature scientifique de leurs domaines en langue anglaise sans avoir recours aux arcanes de la traduction. Des ingénieur·e·s et des technologues de laboratoire n'ont en fait pas à maitriser les techniques de traduction de l'anglais vers le français. Leur meilleure autonomisation dans la littérature scientifique a été au coeur de mon travail pédagogique.


D'où cette conclusion PROpositionnelle: il s'agirait, pour les étudiant·e·s de maitrise et les thésard·e·s en philosophie de lire autant que faire se peut Whitehead dans le texte, et non dans les traductions disponibles en français puisqu'elles semblent si insatisfaisantes aux yeux de leurs enseignant·e·s. Cette proposition émane d'un pédagogue qui a longuement pratiqué la lecture experte de textes scientifiques avec des ingénieurs industriels dans l'enseignement supérieur de type long (mastère à cinq ans en ingéniorat industriel & un bachelier professionnalisant en chimie clinique). Les étudiants s'imaginaient à priori peu aptes à lire dans le texte anglais ne fût-ce que des articles de revues, & ce, notamment, pour constituer la bibliographie de leur mémoire au terme des cinq années d'études.

La transversalité pédagogique n'aurait que des avantages:

- pour des philosophes, co-animer leurs séminaires de maitrise et pour doctorant·e·s sur des philosophes non francophones lus dans le texte;
- avec des anglicistes dont la langue de départ est la spécialité & qui ont choisi de se spécialiser en traduction d'oeuvres philosophiques.

Chaque participant·e y gagnerait, me semble-t-il, en autonomie à lire l'oeuvre dans la langue originale, surtout quand il s'agit de l'anglais, cette lingua franca scientifique dans nos ruines (encore) civilisées du premier quart du 21e siècle:

  • les philosophes y approfondiraient leurs connaissances de la langue maternelle de leur philosophe de prédilection au contact des outils du/de la linguiste
  • tandis que les anglicistes s'initieraient à la philosophie d'un·e philosophe qui écrit dans leur langue de culture seconde.

Avec pour bénéfice corollaire, l'acceptation (la concession, fût-ce du bout des lèvres - elle serait accueillie avec un sourire bienveillant !) par les philosophes que ce n'est pas parce qu'une langue est « bien connue » d'eux qu'elle est aussi totalement intériorisée que par des anglicistes... tout comme, et bien évidemment, il ne suffit pas d'être fluent in English pour comprendre la philosophie d'un·e philosophe anglais·e... (Je rame pas mal dans la très belle langue utilisée par ANW dans Modes of thought...)

La langue n'est pas qu'un outil... Elle est surtout l'expression d'une culture. A. N. Whitehead en est un bel exemple, flagrant & très abouti.


Propositions finales:

  1. De nature pédagogique: l'organisation par le GECO de quelques séances de séminaire sur les outils de la lecture experte commentée de quelques passages de Modes of thought dans le texte anglais;
  2. ainsi qu'ensuite une série plus longue de séminaires du GECO (un séminaire annuel ?) de lecture commentée de Modes of thought, coanimé par D. Debaise et B. Poncharal sur les enjeux d'une compréhension (et éventuellement d'une traduction plus fidèle) de l'ouvrage, sur base notamment de l'article cité plus haut. Il devrait être enrichissant !
  3. Enfin, une proposition de nature éditoriale: il y aurait peut-être lieu d'envisager de procéder à l'édition des oeuvres complètes de Whitehead en français avec une seule équipe de traducteurs/traductrices spécialisés en philosophie, sous la supervision philosophique de l'équipe universitaire bruxelloise. Cela permettrait d'unifier les choix de traduction et de se constituer un lexique commun à l'ensemble des ouvrages. Cette entreprise de longue haleine pourrait largement occuper une décennie...

Statistiques

Membres
17
Articles
3225
Compteur de clics
3485387

Recherche