Ces rituels assemblés au pied de kiosques liégeois renvoient à des temps dont les participants ne peuvent avoir conservé un souvenir, tant ils remontent loin. Ces rituels désuets disent assez la sclérose qui a atteint la matrice même des ces neurones ouvriers qui en sont l’origine. Il est urgent de rafraîchir ces rites maintenus pour de médiatiques (mauvaises!) raisons. Il nous faut nous en dépouiller car ils sont frappés d’inadéquation définitive aux temps qui sont !
Un profond respect nimbe l'histoire sociale de ces rituels: ils sont les routines apprises de nos épanouissements. Leurs séquelles tiennent de grands messes creuses avec de moins en moins de participants, aussi vaines que les congrégations devant un autel en églises, mosquées, stupas, synagogues ou temples.
Y participer contrevient à toutes les contingences des temps présents. Nos libertés sont autrement menacées: ce ne sont pas ces discours creux, ces rodomontades, qui les protègeront.
Il s’agit désormais de protéger « les gens » contre cette croyance qu’ils ont de jouir d’un libre-arbitre individualiste, alors qu’ils ne font qu’obéir à des diktats de leurs ennemis de classe même, destinés à les détruire en perpétuant des mécanismes qui les asservissent & sont contraires à leur épanouissement même.


Statistiques

Membres
17
Articles
3337
Compteur de clics
4378765

Recherche