(Dizain de dix pieds et 5 rimes KL2.1/3)

Rester discret va m’être difficile.
Après tout, la poésie sans essence  
n’est que chatouillement sans conséquence.
Tandis que s’éloignent mes nuits dociles,  
nos échines misent sur leur commune passion.  
Nos regards attendris par le soir  
se posent enthousiastes sur nos auras  
pour ne jamais oublier d’y croire.
Palper l'intérieur des pulsions
habille sûrement d’énergie nos chakras.


(Dizain de huit pieds et deux rimes KL2.1/2)

Asseoir ce beau sourire d’ivoire.
Recevoir l’onde vibratoire  
du corps en gare ondulatoire.
Savoir nos sources en leurs chantoirs.
Inspirer nos jeunes grimoires  
en ces instants de solitude  
quand, seul face à mon écritoire,  
je m’arroge ce droit à la plénitude  
qui suit nos joies incantatoires  
pour les fixer dans ma mémoire.


Dizain de huit pieds et deux rimes KL2.1/1

3. Adresse à ma main :

Sens l’étoffe dont sa peau se fait:  
elle tient du velours si parfait  
que, toi qui la frôles, haut fait,  
n’en crois pas tes pores, le refais  
pour parcourir à vive allure  
de son harmonie, l’arène.
Sens, touche, hume la facture  
étincelante de son ébène.  
Pour continuer d’y croire  
imprègnes-en ta douce mémoire.


Statistiques

Membres
17
Articles
3337
Compteur de clics
4378690

Recherche