La librairie Pax (Liège, Wallonie.be) avait invité le 17 mai 2016 deux orateurs: Hugues Dorzée, rédacteur en chef du bi-mensuel Imagine et le juge d'instruction Michel Claise pour son Essai récent sur la criminalité financière. Les deux orateurs sont réunis à l'occasion de l'entretien que le second a accordé au premier dans un numéro récent d'Imagine, à l'occasion de la sortie du livre.


Une impuissance démunie

L'impuissance démunie qui envahit le citoyen lamba, pourvu de deux ou trois neurones, après avoir lu cet Essai sur la criminalité financière est abyssale. Il lui faut, au citoyen lambda que je suis, faire montre d’une force intérieure balisée d’ouvertures pour ne pas se laisser dé-munir par elle.

Nulle colère, nul emportement. Juste le sentiment très net de n'y vraiment rien pouvoir en allant voter une fois tous les quatre ans pour un parti qui ne sera quand même pas capable de mettre en place les mesures indispensables, soit parce qu'il sera dans l'opposition, soit parce qu'en majorité, il devra couper son jus de tomate de tant d'eaux compromises que cela n'aura plus aucune saveur et sera la marque de tous les renoncements. Ça n'a pu nou gos', areû dit m'grand mame.

Ne pas s'étonner que « les gens » se détournent de la politique traditionnelle, n'est-ce pas.

Et donc, lire cet essai se fait urgence, à la recherche d'infos précises, de raisonnements serrés, de démasquages tranquilles puisés à très bonne source. L'auteur adopte ici une attitude radicale, dans la mesure où il remonte aux racines du mal qui ronge nos sociétés.


L'essai

L'essai est un genre littéraire à part entière. Il a ses codes, ses réussites. C'est à l'ombre de ce genre que ses lit cet ouvrage en s'essayant à une approche de caractérisation de cet art de l'écriture initié par Montaigne.

Voici la deuxième partie de l'article consacré au mot « essai » dans le Grand Robert:

 2  (1580, Montaigne). Ouvrage littéraire en prose, de facture libre, traitant d'un sujet qu'il n'épuise pas en réunissant des textes ( Mélange, 4.). Montaigne a le premier en France donné le nom d'«  Essais  » à un ouvrage littéraire, en prenant comme sujet les essais ou expériences de sa vie. Auteur d'essais.  Essayiste. — Essai philosophique, critique, historique, politique, scientifique, esthétique. Essais, de Bacon. Essai philosophique concernant l'entendement humain, de Locke. — Essai sur l'homme, de Pope. — Essai sur les mœurs et l'esprit des nations, de Voltaire. Essai sur l'origine des connaissances humaines, de Condillac. — Essai sur la peinture, de Diderot. — Essai sur les fondements de la psychologie, de Maine de Biran. — Essai sur l'indifférence en matière de religion, de Lamennais. Essais de critique et d'histoire, de Taine. — Essai sur les données immédiates de la conscience, de Bergson. Essais critiques, de R. Barthes.

Je vous reviens...

Dans son anthologie intitulée The art of the personal essay, an anthology from the classical era to the present, Anchor books Double Day, 1994, Phillip Lopate précise une typologie de l'essai dont vous trouverez ci-après une synthèse sous forme de tableau. Nulle part aime bien les tableaux de synthèse....

Caractères définitoires

essai formel essai informel
- prose littéraire [informée]  Prose littéraire [ressentie]
- impersonnel  personnel
- objectif  révélateur de la personne
 qui tient la plume,
 de ses goûts,
 de ses expériences
- a un propos sérieux   enclin à la confidence, humain
- une organisation logique
de la matière présentée
 structure discursive,
de cature libre
- une longueur appréciable  du style, du panache
- écrit dans une prose
factuelle ou théorique,
[ce qui n'empêche
nullement le propos
incisif, décapant]
 [la prose se plie aux contours
 de la plume qui la porte]
- [thématique neuve
bénéficiant de l'éclairage
professionnel que lui
apporte son auteur]
 thématique neuve, non
 conventionnelle
- vise à être complet  incomplet par nature
- [structure formelle
logique par l'intermédiaire
de la table des matières]
 fraicheur d'une forme libre de
 tout empesage ou affectation

 Figurent entre [] mes ajouts personnels.

Michel Claise s'essaie ainsi formellement à nous initier à la criminalité financière, très éclairée par une culture solide qui lui fait déjà réviser nos classiques dans le sous-titre qu'il donne à son essai: Le club des Cassandre... Elle est également très présente, cette culture, dans les intitulés des chapitres, marqués du sceau de l'ampleur d'un regard très averti sur une matière complexe. Il est incisif à force de précisions apportées, de manquements soulignés, souvent de nature politique, donc coupable...

 


Statistiques

Membres
17
Articles
3057
Compteur de clics
2675777

Recherche