Les parfums incisifs de ses amours
crissent sous un tissu un peu balourd,
entre illicite et anthracite,
avec une touche de bouche cousue.

Elle emporte dans son sillon
la moiteur d’une peau coite,
une forme de dérision
sans autre objet que son rejet.

Elle émeut un soleil naissant.
Il se dresse, en ferme amant,
bien au-delà de son émoi
pour nous abreuver d’une joie.

(Sur une lecture de Séraphine la Kimboiseuse, Jacques Abeille (2007), les éditions de l'atelier in 8, 27p.)

Ce texte figure également dans le recueil Chômage ambigu de la forme/Zero-tic sur ce site.


Statistiques

Membres
17
Articles
3192
Compteur de clics
3258465

Recherche