Un bac d'ouvrages soldés. Une JAM SESSION émerge: Marcel PIQUERAY. Important avec d'autres dans notre histoire littéraire bruxello-wallonne.

Rentré, l'ouvrage se feuillette: page 141: un sursaut. jamais vu cette photo avant !

  Textes et documents rassemblés par Luc Rémy Robert Willems et Pïerre Puttemans, 2003, 176p.
   

 

Et un « surnom donné par les frères Piqueray à François Jacqmin, dont le visage ressemblait à celui de Stan Getz » nous révèle la note page 144, au bas d'une des deux lettres figurant dans l'ouvrage que François Jacqmin adresse à Marcel Piqueray. Vérification faite dans ma discothèque personnelle... y'a d'ça, non ?

En plus de ces deux lettres figurent également treize Jacqminiennes Remarques sur les frères Piqueray. Textes très brefs en forme de notules presque.

La XI par exemple: « Ils arborent l'oeillet des gens trop soignés pour être orthodoxes. Ils ont le teint frais des matins gris, et le sourire de ceux qui tiennent l'infini pour une boutade. »

À eux trois, ils formaient presque la moitié des sept types en or aux côtés de Paul Bourgoignie, Théodore Koenig, Joseph Noiret & Pierre Puttemans. Du moins selon une photo figurant dans l'ouvrage datant de 1979, un an avant la fin de Phantomas.

Plaisirs d'hiver.


Recherche

Statistiques

Membres
4
Articles
3552
Compteur de clics
7374879

Aphorisme, comme ça...

« La retraite est une chose merveilleuse,
qui libère de terribles puissances.
& elle donne au silence de grandes douceurs. »
Gilles Deleuze, dans une lettre adressée à Arnaud Villani,
publiée dans L'abeille & l'orchidée, p. 149.

 

Textes récents