Un certain Léo Barthe, aka Jacques Abeille vient de publier un nouvel opus:

Sa belle langue, la scansion  habitée de ses périodes amples & précises charpentent un récit feutré, calfeutré par des lémures: en 230 pages, se dépliera sous vos yeux amoureux une lecture fascinée par la beauté classique d'une langue sans équivalence connue, tant elle surnage, surpasse tout ce que vous avez pu aimer jusqu'à présent.

Deux exemples, l'un page 9, sur la demeure, l'ici:

D'ailleurs, tout est triste ici. [...] Un maléfice obscur, une histoire trouble, très vieille, enfouie au plus profond des fondations, émane de la cave dans les senteurs de la terre rance & monte dans la porosité de la pierre massive, imprègne les murailes & jour après jour filtre à travers les lambris, imperceptible désormais & pénétrante, cependant, envoûtante. Le maître est innocent. Il n'est que l'héritier du passé qu'il subit...

L'autre, page 65, pas vraiment choisi par hasard...

Un alignement de hautes portes jalonne la galerie. Certaines ne sont pas fermées. Si la petite bonne en pousse une, elle entre alors dans un vestibule qui ne prend jour nulle part,...

Vous conserverez à vos anciennes fidélités leur allégeance acquise, nulle raison qu'il n'en soit pas ainsi, n'est-ce pas ?, mais celle-ci, par son intemporalité vous offre une porte d'entrée, comme dérobée à la vue du grand nombre, des puissants, sur un univers si construit que vous viendrez y résider à votre tour !

Bienvenue !

Une plume affable & folle (de ces folies qui élèvent jusqu'à la Laniakea) nous est revenue. Elle est tenue par une main sûre, favorite entre toutes sur Nulle Part, celle de Jacques Abeille !

Précipitez-vous, je vous en conjure ! Ne vous laissez pas arrêter par la très haute vulgarité de certaines publications de l'éditeur musard: celle-ci, comme quelques autres, y fait heureuse exception: nous pénétrons dans une demeure cloitrée par de séculaires maléfices sur les pas d'une jeune soubrette aux antennes énergétiques fort sensibles. Son pouvoir, elle l'incarne au plus près de son corps...

Le recueil que Nulle Part consacre à cette plume majeure de la littérature française montre assez l'essence que celle-ci puise au coeur de Jardins statuaires & leurs développements infinis.

De récentes rééditions en Folio rendent ces bijoux enfin très accessibles. Jouissez-en ! Même si les éditions Le Tripode ont remarquablement oeuvré à faire redécouvrir cette Plume en rééditant l'intégrale. Folio accroche, Le Tripode retient, notamment par les très belles couvertures, notamment illustrées par Pauline Berneron et François Schuiten...

Et chez Le Tripode:


Statistiques

Membres
17
Articles
3239
Compteur de clics
3607651

Recherche