Voilà un homme qu'il considère comme un maître. Lionel Marek (Jean-Pol Sternberg) dans JS ou l'oeil sauvage révèle qu'ils entretinrent une correspondance (notamment 291).

« Scutenaire m'a frappé comme la foudre quand j'ai acheté ses premières Inscriptions (1945 à la N.R.F.). Parce qu'il vivait son besoin d'écrire comme j'aurais voulu vivre le mien: il tenait non pas un journal intime de ses faits et gestes, mais écrivait de temps en temps les pensées - parfois de simples constatations anodines - qui lui passaient par la tête. Comme il est maintenant octogénaire cela lui a permis de faire une oeuvre en quatre tomes. Fascinante parce que Scutenaire est féroce, lucide, très cultivé, honnête avec lui-même et qu'il se révèle un très grand styliste. Je l'admire aussi de n'avoir écrit qu'un seul roman et d'avoir abandonné ce genre qu'il devait trouver peu en accord avec ses hantises. » (DDIR, 393)

L. Scutenaire est probablement l'auteur d'aphorismes le plus cité dans les pages centrales du DDIR. [Ses Inscriptions figurent d'ailleurs dans le « Petit inventaire des grandes rencontres » In Vivre en survivant (148)]. Un petit relevé des préférés sternberguiens:

Féroce:
- Dieu est le meilleur des gargarismes.
- L'existence des chrétiens prouve la non-existence de Dieu.
- Notre politicien de droite se vend à ses amis. Celui de gauche à ses ennemis.

Lucide:
- Chaque fois qu'il y a un type qui meurt, ce n'est jamais le même.
- La révolution tend à faire passer d'un cauchemar à un autre.
- Un secret n'existe que s'il est connu de quelqu'un.

Cultivé:
- L'idéal: ce lieu commun qui ne se trouve nulle part.
- Jusqu'ici les révolutions n'ont réussi qu'en passant à la réaction.

Honnête avec lui-même:
- Dans ce monde où l'on n'a que la terreur pour se défendre contre l'angoisse.
- Je voudrais vivre assez vieux pour savoir ce que je deviendrai.

Grand styliste:
- Le misanthrope est celui qui reproche aux hommes d'être ce qu'il est.
- Prévoir, c'est désespérer.
- Le révolutionnaire qui n'est pas en peau de lapin déteste cent fois plus le régime à détruire qu'il n'aime le régime rêvé.

Hantises (communes !):
- Il y a des gens a qui la mort donne l'existence.
- La médecine a fait, depuis un siècle, des progrès sans répit, inventant par milliers des maladies nouvelles.
- La mort ne dure qu'une seconde: la première.


Statistiques

Membres
17
Articles
3405
Compteur de clics
5053786

Recherche