Une méthode


1. Les essais qui s'écrivent avec cette plume-ci habillent, formulent, et ce de façon terminologique, des liaisons, des liens, des rapprochements effectués entre les concepts développés par des philosophes comme Bento Spinoza (BS), Jean François Billeter, Michel Juffé, Ariel Suhamy; plus récemment Jean-Clet Martin & Aurélien Barrau.

2. L'apport de cette plume-ci tient entre autres dans la reformulation syntaxique serrée à laquelle elle soumet les phrases qui lui parlent, qui évoquent en elle un écho positif chez ces auteurs (& d'autres...); cette reformulation a pour effet de lever, à ses yeux !, toute ambiguïté qui avait pu glisser du doute dans la compréhension.

3. Ces réécritures définitoires sont peut-être une contribution spécifique.

4. La densité des jours éclairés par la philosophie spinoziste a pris un tour parfois époustouflant ! Cette densité joyeuse est de nature à unifier plus encore une vie tendue vers cet accomplissement-ci.

5. Il a fallu procéder, au long cours, par actes singuliers, tels que, professionnellement, approfondir la linguistique pragmatique, façon François Richaudeau, pour adapter une méthode de lecture dynamique de textes scientifiques en anglais au profit d'étudiants-ingénieurs. (Voir la revue Communication et langages dans laquelle F. Richaudeau a publié seul ou en collaboration 167 articles)

6. Il se développe ici une autre utilisation particulière, évoluant avec le temps vers des cartes mentales, qui sont peut-être en passe de devenir un instrument puissant de visualisation très clair de ces deux approches philosophiques que sont le spinozisme et la mésologie.

7. La terminologie notionnelle, autre aventure professionnelle, permet également d'asseoir les réseaux notionnels sous-jacents de cette cartographie mentale.

8. C’est comme si chaque étape dans une carrière, finie désormais, concourait à cette forme d’intégration aboutie qui pourrait déboucher sur une originalité donnant au parcours entier une signification intuitivement acquise et débouchant sur une apothéose heureuse, en n’omettant aucune des étapes dont ce parcours est jalonné.

9. Je suis tout à la fois enchanté, épanoui et serein face à ce balisage essentiel de ce parcours-ci.

10. Dans la technique de lecture, il peut aussi se faire qu'elle procède à l'envers du déroulement du texte pour en mieux apprécier la structure fine, parfois implicite.

Ce texte, dans une version antérieure, a fait l'objet d'une première publication dans un essai sur L'être et la joie.


Une démarche
La démarche de lecture/reformulation pratiquée sur Nulle Part intègre des pratiques mises en lumière par la linguistique pragmatique popularisée par F. Richaudeau

En réécrivant un passage pour en clarifier le propos permet souvent de désincarcérer la structure syntaxique principale d'un excès de sous-phrases qui l'alourdissent, l'assombrissent, en masquent le propos

La démarche

- consiste à aplanir la syntaxe d’une phrase en s'efforçant de lever les ambiguités qui peuvent affleurer d'une lecture trop peu attentive, trop peu vigilante;

- par la même occasion, elle en clarifie la signification

- et met en valeur sa portée

Il s’agit de clarifier ces allants de soi pour l’auteure philosophe qui ne vont pas forcément de soi pour le lecteur/la lectrice qui tente à son tour d'intégrer les éblouissements que tous les ouvrages stengersiens, par exemple, recèlent

Du style d'écriture, sourdent

- sa complexité,

- son intensité,

- sa densité


Suprématie d'un désert cognitif

Des concepts s’additionnent ainsi parfois jusqu’à un degré proche d’une certaine saturation propice au décrochage de la compréhension

Chaque fait doit être accompagné de sa valeur, sous peine de faire le constat de la suprématie d'un désert cognitif (l'expression est de Whitehead Modes of thought, 152) à la cartographie qui restera inaccessible aux lectures pourtant favorablement disposées à son égard


Statistiques

Membres
17
Articles
3218
Compteur de clics
3426723

Recherche