Attentive, la main arpente
la pente douce qui chemine
le long d’une limite géométrique.

Elle patrouille assidue,
se mesure à la main courante
et creuse d’un revers aimable
les sillons en replis.

Elle apprécie cet empressement vigilant
à se poser disponible.

Elle est la couturière des énergies
qui toisent le paysage avec assiduité.

Il se ménage tant d’effets
qu’elle a beau être menue,
elle n’est point de petite main.

Elle a un toucher
ouvrant l’œil sur la peau
qu’elle sonde obligeamment.

Flâner, menottes au vent,
à l’écoute du moindre
battement d’ailes.
Être tout ouïe
pour en apprécier
les méandres à l’infini.

Traverser la forêt nue,
les pattes posées une à une
sur la mousse du sentier
qui chemine en pente douce,
attentive à la main qui l’arpente.

(15 12 12 & 12 11 15)


Statistiques

Membres
17
Articles
3226
Compteur de clics
3491136

Recherche