La béance d’un gouffre
le regarde avec fixité
comme si un œil de verre
s’y était lové pour lui.
Elle s’anime d’une danse
calibrée sur l’infini.
La béance du gouffre
grandit avec la lovée
qui s’agrippe au tronc,
se déroule et se détend, loyale
et bouillonnante, jusqu’à
descendre tout au fond de
la béance de son gouffre.


Variation sur un rondeau, davantage rimée

La béance d’un gouffre
le fixe depuis la sablière
comme si un œil de vair
s’y était lové pour lui.
Elle s’anime d’une danse
calibrée sur l’infini qui la fuit.
La béance du gouffre
grandit avec la transe
qui s’agrippe au corps en errance,
se déroule et se construit
bouillonnante, au moment où il se libère
et descend tout au fond de la mer,
la béance de son gouffre.


 



La béance d’un gouffre  
le regarde avec fixité  
comme si un œil de verre  
s’y était lové pour lui.
Elle s’anime d’une danse  
calibrée sur l’infini.
La béance du gouffre  
grandit avec la lovée  
qui s’agrippe au tronc,  
se déroule et se détend, loyale
et bouillonnante, jusqu’à  
descendre tout au fond de  
la béance de son gouffre.
Variation sur un rondeau, davantage rimée

La béance d’un gouffre  
le fixe depuis la sablière
comme si un œil de vair
s’y était lové pour lui.
Elle s’anime d’une danse  
calibrée sur l’infini qui la fuit.
La béance du gouffre  
grandit avec la transe  
qui s’agrippe au corps en errance,  
se déroule et se construit  
bouillonnante, au moment où il se libère
et descend tout au fond de la mer,
la béance de son gouffre.

Statistiques

Membres
17
Articles
3306
Compteur de clics
4194024

Recherche