Le corps se sait être à la source
d’une énergie personnelle qui ronfle,
comme on dit d’un feu qu’il ronfle,
chaque fois qu’elle y est invitée
avec sincérité et attention portée au soi.

Le corps a finalisé une pose
tantrique personnelle. Elle permet
à l’énergie d’y circuler plus librement.
Elle séjournera le temps qu’elle saura.

D’insérer ainsi les paumes entre les plantes
enracine la sensation de se brancher
sur le flux d’énergie cosmique.
L’huile le densifie & il devient
feu ronflant au creux de soi.

Nos paumes et plantes
sont tendues d’un cuir
façonné par des coussinets
qui évoquent quatre faces
moins défendues du corps,
plus délicates, plus douces aussi.

Insérer ainsi le corps
dans une meilleure adhérence
au flux énergétique cosmique
en fait un lieu de passage
qui s’y échauffe aisément.

C'est être à l'entrelacs de soi.


paume [pom] n. f. ÉTYM. XIIIe; paume, XIIe; lat. palma, « paume de la main », et au fig. « palmier », à cause de la disposition des feuilles (palmes) en éventail au sommet de la tige. L’autre sens de plante, être vivant du règne végétal, lui est postérieur.
plante [plɑ̃t] n. f. ÉTYM. V. 1190; lat. planta « dessous du pied », homonyme, de planta « plant, bouture ». ◆ Face inférieure du pied, qui pose sur le sol quand on est debout, et, spécialement, la partie comprise entre le talon et la base des orteils.
insérer [ɛ̃seʀe] v. tr. 1319, sens 3; lat. inserere; de in- locatif, et serere «  tresser, entrelacer  ». (Le Grand Robert)

 

 


Statistiques

Membres
17
Articles
3337
Compteur de clics
4381017

Recherche