Que la joie ait pris, en ce corps-ci, source vive, adressée, conduite, promeut la sérénité à la fois de

l’éveil,
la veille,
la somnolence
& du sommeil.

C’est comme si, de palper la chair de ce corps-ci incarnait la joie: chaque éveil repérant intuitivement, de façon sourde & subreptice, sa présence.
Elle est informe en son essence,
it pervades all without being attributable to one or the other body part. It is pervasive.
Elle se tramerait finement au coeur du tissu vivant complexe, assemblage d’organes vitaux – c’est-à-dire porteurs de vie, qu’est le corps.
Son fil discret stratifierait la duite* journalière, solide, impalpée. aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa* La duite est « le fil de trame qui traverse le tissu d’une lisière à l’autre ».Source
Elle résumerait aussi la pulsation sereine que le corps projette sur son entourage. Elle est peut-être devenue essentielle au fil du récit de cette vie-ci. Ce fil se déroulerait en faisant tourner sa bobine sur elle-même en un mouvement posé qui ordonne (au sens de mettre de l’ordre) de plus en plus de « choses » en leur assignant une place presque intangible.
Quand la bobine s’arrête, cela provoquerait une tension dans le fil, un désordonnancement: ce matin, pas loin d’1/5
e de la première tasse de café s’est déversé sur la tablette du bonheur du jour et deux pages du carnet; un pot à bic serrait de trop près la piste d’atterrissage (!) de la tasse. Épongeage ordonné, prompt, vigoureux, complet, éloignement des deux pages & reprise du déroulement, un bref instant interrompu.

Au Fil d'une métaphore...
Fil de trame, fil de joie se tissant pas à pas sur la vie du fil de chaine.

Cette phosphorescence métaphorique de nature textile conviendrait à illustrer de concret la façon dont la vie en soi tracerait son fil de vie individuée. Le fil de chaine, cet invariant universel sans durée interprétable; le fil de trame pourrait, au coeur de la métaphore, se charger de désir, de joie et/ou de tristesse. Ce sont les trois affects primordiaux du spinozisme (Éth. III). Ne rien savoir de la façon dont

  • il se chargerait de l'un des trois affects,
  • l'un des brins dont se composerait le fil de vie puisse prendre le dessus sur les autres.

Chaque brin assemblé à un autre augmenterait la résistance du fil par retordage, sur un métier à retordre, une retordeuse. L'âme/le fil/le toron du brin affecté de joie acquièrerait une telle solidité qu'elle bénéficierait à l'ensemble du fil de vie, ce fil de chaine servant de support aux torons.


Statistiques

Membres
17
Articles
3175
Compteur de clics
3196250

Recherche