Être le vent aux saveurs
suaves,
l’auvent, protecteur
en conclave,
le paravent aux lueurs
graves,
l’estivant des cueilleurs
slaves
Hiverner dans les senteurs
épaves:
Elle est l’avenant sur la langueur
sans entrave.


Être le vent des ailleurs
sans nuages,
le temps des candeurs
sauvages,
l’encens des clameurs  
volages,
le caban de l’eau d’heures
en partage.
Être la détente en chaleur
des peaux sans coulage
Être le champ nappé par l’ardeur
des massages.


Éventer les leurres   
sans hommage.
S’ensoleiller aux profondeurs
sans âge,
dans la nuit le veilleur
sage,
le châle des chaleurs  
en alliage.
Être la porte et la clé des lenteurs  
du passage
Elle est la splendeur  
de mes rouages.


Du 04 au 06 10 11, retouches le 28 11 11


Statistiques

Membres
17
Articles
3346
Compteur de clics
4454366

Recherche