Deux poissons jaunes de belle taille
nagent leur ennui profond
face à moi.
Ils me séparent de la porte.

Que sait-on
de ce qu’un poisson
sait d’un autre ?

Moult effleurements de queue.

Leur incessant ballet
n’a rien d’inquiet.
Ni de patient.
Deux sentiments sans matérialité piscicole.

Ce velouté d’asperge au crabe
glisse d’une chaleur paisible.
Les pois anglais lui donnent
une texture croquante par moments.

Épicé sans excès,
il laisse dans la gorge
et sur le palais
de l’agréable.

Nos épures mettent des années
à se libérer de scories anciennes.
Faire le constat qu’elles réussissent
à agrandir leur domaine,
un peu plus chaque jour
est un éveil.

L’éveil est aussi en faire le constat.

La chaleur douce de ce velouté
monte aux joues
par des voies intérieures assez indevinables.


Statistiques

Membres
17
Articles
3226
Compteur de clics
3491254

Recherche