Être sans trouble,
nettoyé de
fond en comble,
à la simple vue
de l’horizon.

Il est une césure
offerte sur le plein
des campagnes.
*
**
La mer fixe l’attention
sur le rien, par-delà
le dessein des vagues.

La mer émousse une intransigeance céleste,
pleine d’un rituel amarré à la lune.

La mer abstrait des savoirs,
trace l’humeur magnanime.

Être posé là corrige bien des erreurs,
précise la saveur d’un corps féminin
vaillamment agenouillé à même la vague
d’où monte une humeur féline…
*
**
Pressée sans urgence,
chaque vague se conforme
au sable qui la soutient.

La dernière grouille,
la suivante sur les talons.
*
**
Posé face à la mer accomplie,
le temps s’enroule sur une essence
du vide. Rumeurs continues:
marée montante, vent tenu.
Le vrai prend une couleur sans fond.

Évider l’instant le fait durer:
cette vacuité, une aisance d’horizon.
*
**
Au ras de l’eau,
corps-âme immobile,
en arrêt devant
le fluide conquérant.

Avoir le cœur amerri,
sans autre pulsion qu’être
l’ordre sauvage,
est de chaque instant
le vent, cet intense.

Mouettes criardes.
*
**
Ourlée de désirs
qui se chevauchent
sans se toucher,
l’écume féconde
croise la plage
alanguie
à ses pieds.

Bleu – vert – sable.
*
**
Grand large essentiel,
une mer fermée n’en a pas
tous les atouts. Hormis cette
douceur d’air du sud…
*
**
Être une joie assise,
sans grands mouvements,
paisible et fasciné
par les vagues, les corps
des passants à l’effort,
par le bleu sur l’horizon
& la voile d’une blancheur lointaine.

Ses deux mains tiennent haut un short déjà court;
elle longe la plage, saupoudre du regard
sa jouissance vague.
*
**
Chakras ouverts
à tant de lumière,
de beauté paysagère.
*
**
Rémanences rétiniennes.
Dernier rougeoiement subreptice
sur campagne hesbignonne.
*
**
N’avoir d’autre pulsion qu’être l’ordre sauvage.

Naître que la mer.
12.09.14 / 13h15-17h45
Marée haute à 16h04


Statistiques

Membres
17
Articles
3225
Compteur de clics
3487055

Recherche