Y trouver
source contente
d'être.

Plaisir pris
entretient
ce flux.

Pavoiser
n'y ajouterait
rien.

L'élan intérieur
dit assez
du chemin.

Car il pose une trace,
poursuit l'ombre
d'une lumière

prompte à structurer
une surface
en volume.

Elle capte,
attentive à la caresse
qui l'accomplit.

Branches nues
ventilent l'espace proche;
le merle sautille.

Éveil fébrile:
une connivence
spatiale.

Rien ne corrompt
la magie
d'une approche branchée.

Le silence
intérieur
confirme:

il y fait paisible.


di 13+03=16, 7h30


Statistiques

Membres
17
Articles
3042
Compteur de clics
2599313

Recherche