Les mots (1910)

Récemment, j’eus cette pensée :
« Ma chérie ne peut pas comprendre
Ce que j’ai fait ou voudrais faire
En ce pays haineux. »

Alors j’eus dégoût du soleil,
Pourtant mes pensées s’éclaircirent
Quand je revis tout mon effort
Tendu vers la clarté,

Quand me revint mon cri fréquent :
« Ma chérie enfin comprend tout,
Car j’ai fait le plein de mes forces,
Et les mots m’obéissent.

Si ça avait été vrai qui peut dire
Ce que le tamis aurait laissé passer ?
J’aurais pu rejeter ces pauvres mots,
Me contentant de vivre.
(trad René Fréchet, retouches perso 4e
strophe.)

Words

I had this thought  while ago,
‘My darling cannot understand
What I have done, or what would do
In this blind bitter land’.

And I grew weary of the sun
Until my thoughts cleared up again,
Remembering that the best I have done
Was done to make it plain;

That every year I have cried, ‘At length
My darling understands it all,
Because I have come into my strength,
And words obey my call’;

That had shed one so who can say
What would have shaken from the sieve ?
I might have thrown poor words away
And been content to live.
W. B. Yeats, poète irlandais (1865-1939)


Statistiques

Membres
17
Articles
3043
Compteur de clics
2611045

Recherche