Ce qui façonne la parole  
jusqu’au silence  
entrouvert soudain transparent
avant que l’air ne brasille
Le faîte jusqu’à s’aligner  
sur le chemin des sources
Présent où se décompose  
le plus avant sous les pas
qu’environnent pour nous
les clartés mitoyennes
Et le centre au plus profond
oublie la torsion des jours  
L’évidence où je dis  
surélève toute avance
S’avoue découverte  
la parcelle reconquise  
dépositaire sans défaut
du visage mis à nu

Fernand Verhesen (1978), Les clartés mitoyennes, Le Cormier, p. 41.
Bio Maison de la poésie, Namur.


Statistiques

Membres
17
Articles
3042
Compteur de clics
2599899

Recherche