La cavalcade déniche un univers mental.
La foulée des chevaux rythme la distance.
Le groupe s’éloigne du sérail à la pointe du jour,  
traverse d’un pas régulier la plaine perdue

dans le néant blanc;
elle suffit à la pensée.


La rivière brille dans la succulence du matin.
Le cheval de tête s’y dirige, attendri par  
la longueur du jour qui les attend.
La ligne à l’horizon vibre dans l’air impatient.

Au loin le silence serein  
de l’abîme est intact.


Les humains se laissent guider par leur parcours sûr.  
Elles se tiennent à distance respectueuse de leurs guides.
Les effaroucher n’est pas un projet de vie.

L’enclume a besoin de l’oiseau

tournoyant, fidèle à leurs pas vifs
pour découvrir l’eau qui coule au secret
des entrailles de la terre.

Le rébus tendu de la folie  
conclut sur l’ouïe muette
de l’esprit.


Le zénith atteint, les humains voient tressaillir
l’océan vers où convergent les eaux ventrues  
qui affleurent : seuls les chevaux les ont devinées.

Le reste du jour se perd  
dans la blancheur du néant.  
La pensée se médite à même le corps.


Consignes: Mots de 2 syllabes extraits de Dix poèmes, François Jacqmin, imprimeur Vervinckt, Liège.
Plaine pensée besoin rébus conclu esprit perdue silence oiseau muette intacte néant tendue serein enclume ouïe folie blancheur suffit abîme
Ils sont en italiques.


Statistiques

Membres
17
Articles
3226
Compteur de clics
3491175

Recherche