En marge des forges résonnent les enclumes  
martelées en rythme. Au loin, volent les plumes !

La photo émancipe la nudité venue.
Les gares habitent nos quotidiennetés perçues.

La pelouse après la pluie exhale des senteurs  
perdues, comme une madeleine en apesanteur.

En soie, l’étole caresse la main qui la saisit  
à la volée, pour l’empêcher de choir, pardi !

Sa peau, à l’aube, a la saveur amoureuse  
d’une fève chocolatée, fort orgueilleuse.


Statistiques

Membres
17
Articles
3218
Compteur de clics
3426738

Recherche