Ni hasard ni nécessité que ce soleil sur la gare ce matin même où j'allais relire la page 139 de Poétique de la Terre où le fait que le soleil se lève à l'horizon de la Terre est un exemple concret de trajection qui, dans l'écoumène, institue

« S  en tant que P
une étoile  en tant que  le soleil. »
S / P

La nature est l'agent qui applique cette trajection.

Ni hasard ni nécessité donc, mais une contingence « à commencer par le fait que je sois là, moi, » [avec mon appareil photo ! note JM], « qui pourrais être ailleurs, ou ici mais à un autre moment. » PT, 139

- C'est fou, ça ! dirait un crédule en mal de gourou (ce que je ne suis pas !): il est omniscient cet Augustin Berque.
Comment savait-il que le soleil se livrerait à une telle mise en beauté d'une gare liégeoise le jour où je relirais ce passage ? Hosanah ! Alleliuia ! C'est un mystère. Adorons-en le dieu... dirait ce crédule !

Les éoliennes brassent le brouillard ce matin...

Les crédules brassent du brouillard !

Restons bien évidemment méso-logiques. Et il me plaît suprêmement que les causes soient « nulle part, puisque partout à la fois... C'est dire que ce ne sont pas des causes ! Dans cette concrète harmonie, qui n'est autre que la réalité, chaque chose est plutôt la condition des autres, et toutes se répondent à la fois. Elles se co-suscitent. » PT, 140

Et que Nulle Part soit une des nombreuses branches du syllemme qui unit à la fois « nulle part » et « partout à la fois » m'esbaudit au delà de toute joie dicible.

Il s'est d'ailleurs brièvement médité là-dessus. Quelques inspirs profonds dégagent les voies respiratoires.

Et pour le coup, ces concepts mis si bellement en lumière par la contingence de ce matin-ci se comprennent (un peu) mieux.


Les mots surlignés de jaune sont décodés dans le lexique mésologique. Qu'une neuve philosophie pour le 21e siècle nécessite un tel appareil néologique est une probable limite à sa diffusion. D'où mes essais nombreux de clarification ailleurs sur Nulle Part.

Photos prises entre 8h56 et 9h le 27 11 15. Texte écrit le même jour.


Recherche

Statistiques

Membres
4
Articles
3552
Compteur de clics
7379684

Aphorisme, comme ça...

« La retraite est une chose merveilleuse,
qui libère de terribles puissances.
& elle donne au silence de grandes douceurs. »
Gilles Deleuze, dans une lettre adressée à Arnaud Villani,
publiée dans L'abeille & l'orchidée, p. 149.

 

Textes récents