Acuités, nos aguets.
Dans la ville-chêne,
ses ramures bifurquent

depuis le haut moyen-âge,
denses en son coeur,
plus aérées aux confins de sa couronne.

Les pas tracent leur action*
dans les veines de son écorce,
à l'écart.

Tant de volants s'enfilent,
autant de perles noircies
par leurs gaz.

Ils mènent ces déambulateurs,
moteur à explosion à la proue,
nanoparticules mortelles

vissées à l'anus,
déféquant à chaque poussée,
ventre de la baleine protubérant.

Rutilants logos,
supplétifs d'égos absents.
La croûte épaisse

de leur indiffé-rance
prend peu en compte
nos fragilités humaines.

Écrit dans le bus 4, haut perché.
Le regard s'épanche vers l'arrière,
entre deux défilés de façades.


* C'est une des cinq traductions que le sinologue suisse Jean François Billeter propose pour rendre le Dao/Tao chinois: le tao, que d'autres traduisent uniformément par la voie, notre auteur, lui, en donne selon le contexte d'autres traductions: le fonctionnement des choses, la méthode (Voir De la Chine), l'action, l'acte dans Études 88 et bien sûr la voie.


Statistiques

Membres
17
Articles
3218
Compteur de clics
3425871

Recherche