Un atelier comme on n’en voit plus,  
au fond d’une cour de coron  
noircie par les suies de cheminées  
d’avant les bourses de certificats verts.

Des hommes, la chaleur au corps  
dans le feu des fers rougis,  
mais le dos exposé au froid des hivers  
sans sels, jamais loin de fumées toxiques.

Certains mouraient jeunes;
pension, connaissaient pas.
Ils se tuaient pour façonner le fer  
au feu des flammes de leurs peines,

du labeur en sueurs poisseuses  
pour un patron qui partageait leur sort  
et se consumait aux mêmes forges.
Et perdait leur souffle au même soufflet.


Statistiques

Membres
17
Articles
3219
Compteur de clics
3435167

Recherche