Les nuages se dépêchent vers l’ailleurs.
Ils paraissent glisser sur un rail qui les tient uns.
Je suis pourtant sorti sur une promesse de continuité.
Le solaire n’était que vanité d’un instant.

Une trouée bleuie au blanc harnais
lâche l’énergie pour un temps très court.
Repli.
Dans l’attente d’une trouée plus manifeste.

* * *
Le vent, plumeau assagi,
paresse sur la peau
chauffée par un soleil
sans eau.

* * *
Le pull joue du yoyo sans aspérités,
au gré des passants ombrageux.
Le vent persifle trop pour lui confier
la peau à même le corps.

* * *
D’où nous viennent
ces pluies drues, droites,
pressées d’être au sol,
sans espace pour s’y lover ?

* * *
Saison fraiche, très fluide,
aborde le soi
dans une tension
vers l’accès.


Statistiques

Membres
17
Articles
3218
Compteur de clics
3427587

Recherche