La feuille en profite pour choir élégamment,
en suivant la diagonale discrète
du vent qui ruissèle* sur le paysage proche.
Nulle verdeur ne la dessine: le jaune prime.
Sa dépose herbeuse est sensuelle.


* L'expression « le vent qui ruisselle » provient d'une lecture sur le ouaibe, sous la plume d'A. Berque (Histoire de l'habitat idéal, Prologue, 2010).

À observer par la fenêtre les feuilles frémir sous le souffle du vent, il me vient une bienfaisance d'être en intérieur. Le vent est un des éléments dont la maison nous protège. Il est porteur d'autres éléments fuyables comme la pluie, la neige, le froid, le trop chaud.


Statistiques

Membres
17
Articles
3219
Compteur de clics
3435867

Recherche