Feuilles malades, jaunies,
d'étachées une à une
de leur pédoncule affaibli

d'un simple courant de l'air,
promènent leur errance finale
sur le plateau attablé,

au gré d'un vent léger
qui parcourt
l'espace proche.

L'homme qui écrit,
attentif à leur progression
du coin de l'oeil,

en apprécie le lâcher-prise.


Statistiques

Membres
17
Articles
3175
Compteur de clics
3190457

Recherche