Ce qui la chipote, une grosse partie de cette assemblée d’individus finalement déshumanisés, invitée par les autorités communales à la présentation d'un avant-projet de lotissement novateur, à la fois écologique et social, c’est que leurs manants, leurs serfs trouvent à se loger dignement. Ils ne veulent pas frayer avec les « déchets » (selon eux !) de leur système. Tout les effraye. Ils se croient invincibles: leur propre faillite leur pend au nez…
Chez ces gens-là, Monsieur…
L’humain leur est étranger.
Le social dépasse leur entendement.
Seul le MOI JE compte.
Seul le MOI JE sait tout.
Seul le MOI JE jette l’anathème.
Seul le MOI JE rejette le commun des mortels, auquel ils appartiennent pourtant.

*

Pré-verbaux, ils rient, ils ricanent, ils font moult messes basses – de probables réminiscences -, ils applaudissent l’un ou l’autre de leurs leaders autoproclamés.
L’un va aller au Conseil d’État parce qu’ils voient des discriminations partout (eux qui refusent de louer leurs biens à n’importe qui & surtout pas à qui vous savez… au nom de leur liberté). Ils ne peuvent même pas concevoir que la Commune puisse penser au bien commun en favorisant les jeunes qui ont grandi sur son territoire… Leurs enfants, quoi. Ils en viennent à mépriser leurs propres enfants, en fait. Ou les copains/copines de leurs enfants. Du grand art !
L’autre pinaille sur sa propre maîtrise de la conjugaison pour contester la volonté de dialogue communal. Mais de quel droit ? Il n’a pas dit. Le procès d’intention primait.
Un autre encore veut des NOMS. C’est vrai qu’ils ne figurent pas sur le site Internet. Et que la transparence sur la structure organisationnelle de la société coopérative à finalité sociale (scop) pèche par beaucoup d’omissions. C’est LE point (très) faible de ce dossier. Les noms ne m'importent pas; par contre, une meilleure transparence est probablement la bienvenue.
Une quatrième dit ne rien avoir appris. Mais ne dit pas ce qu'elle espérait trouver. Elle était probablement venue pour assister à la mise à nu d’une scop… sur un divan ! S’affirmer face au peuple égotiste (mais préverbal) était l’enjeu.
Une cinquième interroge habilement puis laisse éclater un mépris abyssal en dénonçant la priorité que la scop pourrait accorder à son propre personnel, ces personnes qui y ont appris un métier ouvrier qui leur permet de s’en sortir, de travailler dignement, de fonder couple, voire famille, et donc légitimement d’aspirer à un toit à eux. Comme tout le monde.

*

Ils n’adhèrent à rien sauf au mépris de ce qu’ils ignorent & ne veulent pas connaître.
Ils se croient libres & ne font que suivre, qu’être asservis au libéralisme qui les presse pourtant comme des citrons dans leur boulot. Comme tout le monde.
Ils éprouvent le besoin de suivre leurs « leaders » dont ils applaudissent les dits; ils ricanent de leurs insinuations; ils rient sans cœur de mots qui n’ont rien de bon(s).
Ils sont des hommes-liges, plus asservis dans leur tête que ceux dont ils veulent à tout prix rendre l’accueil impossible sur ces terres qui ne leur appartiennent pourtant pas.
Ils trouvent tout scandaleux au nom d’une morale absente.

☯  Bref, des jeunes et des travailleurs de l’ombre sont des gens avec lesquels ils ne veulent pas frayer.
☯  Le social leur est étranger. Ils ne le perçoivent que comme une concurrence à leur statut, souvent précaire, d’indépendant.
☯  La coopération est une planète qui leur est davantage étrange encore: cette forme d’organisation d’une société où les sociétaires coopèrent entre eux leur est inconnue, eux qui ne jurent que par l’anonymat qu’ils ont érigé en rempart contre ce qu’ils ont déligitimé, un État social fort. Leurs remparts dissimulent des tas d’accommodements souvent moralement, voire légalement, répréhensibles.
☯  N’ayant que leur égo pour horizon, ils sont sans recours. Ils se sentent acculés dans leur solitude. Ce sont des faibles, finalement.
☯  Ils n’étaient pas venus pour comprendre. Ils n’ont donc rien compris.
☯  Les enjeux collectifs les dépassent.
☯  Ils n’étaient là que pour s’opposer. Pour se libérer de frustrations que le système génère à foison. Pour montrer qu’ils avaient raison, au mépris de tout entendement.
☯  Cette réunion était un exutoire. Une sortie sans lendemain.

Mais qu’ont fait nos instits, à part leur inculquer la conjugaison, dont ils n’ont, bien sûr, rien retenu ?

*

Heureusement qu’une toute dernière intervention féminine mit au un baume de bienveillance sur l’assemblée en soutenant le projet. Une salve d’humanité – moins nourrie que les autres, toutefois – l’a applaudie.

*
Moralité, la leur, en forme de titres de bd:
Barre-toi de mon herbe,
Gros Déguelasse.
J’suis un frustré
(à cause du système qui me broie)!

*
Moralité, la mienne, sous forme d'intuition:
Mon intuition était la bonne:
il ne me servait à rien d’être là.
Me confronter à ces mépris arrogants
était dispensable.
Je ne suis pas formaté
pour prendre plaisir
à des jeux politiciens.

L’excès de chaleur et de CO2 dans la salle
avait atteint les cordes vocales
pourtant au repos.
Un jus d’orange (communal)
les a apaisées !


Statistiques

Membres
17
Articles
3225
Compteur de clics
3486981

Recherche