Vorace, comme féroce,  
elle passe en force  
sans beaucoup d’égards 
pour l’amorce dont est fait mon regard.

Coriace, jamais molosse,
Cette fée rosse m’ensorcèle  
Avec son sabir de fakir,  
prête à faire rougir tout clou courbe.

Véloce ou captive,  
elle négocie ses envols,  
de moins en moins frivole.

Précoce ou tardive,  
elle se fait pensive,  
ma nuit.


Statistiques

Membres
17
Articles
3218
Compteur de clics
3427649

Recherche