Une méditation sur Le vocabulaire des philosophies de L’inde, Marc Ballanfat, éditions Ellipses, 2002


L'auteur est un spécialiste de l'Inde, traducteur du sanskrit.

Avant de rencontrer mon maître d'Orient, je souffrais de ne pas connaître ma vie comme il l'aurait fallu; j'en suis devenu l'amical disciple. Cette aventure au long cours consiste à éloigner de soi des schèmes corporels engrammés dans le  passé  afin  de  se  détacher  du  moi  pour  aller  à la rencontre  du  soi,  le  tout appuyé  sur  de  nombreuses  lectures & des insistances manuelles hebdomadaires.

  • Livrées multiples car  je  reste  un  intellectuel  ! Ce chemin est sans début ni fin. Il est  balisé d'étapes, de points de non-retour, de paliers, de moins en moins de retours en arrière; des étapes palières où rien ne semble se passer au profit d'un temps offert à l'intégration des vécus glanés au profit de soi, de son évolution.

    Cette connaissance nouvelle, internalisée, apporte contentement infini, Spinoza dirait béatitude. L'intégration de ressentis, de lectures, de vécus approfondis libère du doute, introduit la clarté dans la nuit et fait goûter au bonheur de ne plus errer. La  sérénité  pénètre chaque jour un peu plus profondément en soi, rendant au corps la maîtrise de sa masse surveillée.

    La vigilance attentive au soi est présente, comme un surmoi complice et non castrateur.

  • Il s'est agi de porter attention à  la sérénité qui s'enfouit en soi, de plus en plus invasive ! De la guider, de l'accompagner;
  • il s'agit qu'affleure à la conscience cette sérénité, en elle-même suffisante  pour  assurer la plénitude  intérieure;
  • en maintenir la constance du flux importe;
  • colmater le soi intérieur, un peu comme les deux serpillières ont fait leur office en s'imprégnant de l'eau inflitrée sous la porte durant la nuit. Le produit de colmatage ici serait entre autres de la sérénité, mais aussi du bonheur pêché dans  l'instant auquel désormais il m'est désormais devenu inné d'être attentif;
  • L'intégration peut alors avoir lieu.

Avoir enfoui la sérénité au coeur de la matrice corporelle du soi, avoir colmaté les fuites avec de larges couches de mastics sereins pour que la conscience de soi affleure & ne s'enfuie plus par les fentes: un constat qu'à la relecture de cette méditation.

Porter attention à soi est devenu une constante, peut-être même une condition à l'éclosion d'un apaisement intérieur propice à l'éclosion de la joie comme partie intégrante pour une sérénité heureuse, joyeuse, attentive, éclose, bienheureuse, épanouie.

Une intuition nouvelle s'ouvre au monde presque chaque jour; il se constate ici une mue, là une mutation, bref la personne évolue. Bonheur de voir les choses autrement, d'être mieux capable de mettre des mots plus adéquats sur le silence ontologique, qui est une circonstance favorable à l'éclosion apaisée de la sérénité qui envahit le corps.

Il se médite ainsi un bic à la main.

Être attentif, c'est aussi se concentrer sur l'expression la plus juste pour rendre hommage à l'état intérieur qui s'observe en silence, sans se laisser distraire par l'atmosphère  de  sieste  qui  règne à cette heure du jour (14h30).

En faisant siennes des phrases glanées dans Le vocabulaire des philosophies de l'Inde, en les appliquant à des bribes de vécu, le chemin parcouru s'authentifie en quelque sorte. Se reconnaissent surtout des bribes substantielles de vécu qui se  sont reconnues en une libération, une intuition,  par nuit claire, du  bonheur de ne plus errer, d'être centré. Ce Vocabulaire accompagne un parcours.

La joie de voir les choses autrement induit en soi une sérénité intérieure qui a dissous l'errance.



Statistiques

Membres
17
Articles
3400
Compteur de clics
4984347

Recherche