Le chemin entame
un serpentement plus grave
en cueillant la vibration émue du corps,
siège d’un passage
fondé en soi, s’ancrant essence.
Chaque geste pose
sa balise de désir
au creux d’une voie
longeant les rebords
sages d’un lac paisible.

Photo prise au Musée Guimet (Paris) le 25 11 2015.


Statistiques

Membres
17
Articles
3444
Compteur de clics
5664158

Recherche