25 1 24

La Grande Librairie, hier soir au MUCEM, Marseille: Laura Vazquez, qui a lu un extrait de son épopée poétique*, installe dans l'instant une densité tendue au-dessus de l'abîme fragile que parcourent ses mots scandés sur un rythme hypnotique, intensément porteurs d'envols vers l'infiniment... Tanguer sans verser. Une langue armée d'une vibrance magnétique intensément vécue jusqu'à ce déchaussement dirimant que peuvent imposer des vers issus des entrailles. Cette page lue nous arraisonne en nous emportant sur une vague ondoyante s'épanchant dans le port de Marseille...

* Le livre du large et du long, éditions du sous-sol, 2023. Le Matricule des Anges (n° 241) lui avait consacré un dossier en mars 2023. Il aura fallu attendre de la voir/entendre pour franchir le pas. Un mois plus tard (j'écris cette notule le 27.2.24), j'en suis toujours à m'offrir deci delà quelques pages. Je n'en sors jamais indemne. Une telle authenticité électrique, une rareté. Une sororalité de plume ? Je n'en ai pas fait le tour tant cette plume à d'atours dans son sac, qu'elle vide posément, Laura Vazquez, ne taisant rien au travers de non-dits pourvus d'échapatoires distendus.


Des cinq livres dont est composé Le livre du large et du long, celui qui éveille en moi l'écho le plus fort, le plus circonstancié, le plus aphoristique aussi est le quatrième qui « vous dira / un squelette pourquoi et / remarque le drame de la vie / est divisible en cinq parties ».

Cette épopée ne coche pas entièrement à toutes les cases de sa définition canonique, [« Long poème ou vaste récit en prose au style soutenu qui exalte un grand sentiment collectif souvent à travers les exploits d'un héros historique ou légendaire. »].
Ell est une traversée
sur la transversale
hospitalière d'une absence
qui soulève les mots assemblés
pour les remembrer
avec une force dicible.

Rien n'est aimable.
Tout plaît, rythmé
par les cinq morceaux d'un tout
qui nous éparpille
parmi les pages fébriles
qui se tournent
au rythme lancinant
d'un récit donné au désordre
si bien construit sur une armature solide:

[Préface] Je vous raconterai ce que j'ai vu et deviné du monde et des signaux qui nous entourent. ...
 Le premier livre du large et du long

 vous dira que j'allais par mes 12 aventures

  1. ne comprenant rien
  2. dans les pompes funèbres
  3. l'intérieur d'une pieuvre
  4. une demande à mon amie
  5. la rencontre des têtes
  6. une arme était moi
  7. la pluie me percutait
  8. et mon reflet
  9. la vie gaspillée
  10. sombre inventif
  11. j'ai touché
  12. les non-principes de l'ensemble
 Le deuxième livre du large et du long 130-200

  vous dira les six paroles de la grande oreille

  1. Une poudre qui ne protège rien
  2. Une larme métallique
  3. Un cercueil circulaire
  4. Un petit crâne bien agréable
  5. Oui la question oui la réponse
  6. Rien rien
 Le troisième livre du large et du long 201-276 Les proverbes les conséquences
Les onze histoires ultraverbales
Les neuf chemins gavés
Les douze versions possibles d'une même personne
Les cinq portes ouvertes et fermées
et les six yeux puaient
Le quatrième livre du large et du long 277-374
 vous dira / un squelette pourquoi et / remarque le drame de la vie / est divisible en cinq parties
 Le cinquième livre du large et du long 375-410
 

Au fil d'un récit
qui n'en est formellement pas un
mais multiple.

Notre / Ma lecture s'accompagne d'abysses,
ces brèches que le texte laisse deviner
tout de soubresauts vitaux
que mènent les squelettes
dissous dans le néant,
importe, énormes,
aux yeux lissant les aspérités
non écrites
& pourtant si bien offertes à pressentir,
au détour d'une amorce
laissée en rade,
là, comme ça, l'air de rien
au creux d'une nuit,
celle-ci justement,
qui ne s'éteint pas dans le sommeil
qui si souvent appareille
avec la régularité
du métronome qui marque le temps
sans l'égrener ... en moutons sautillants !

Il sourd une telle authenticité
de cette épopée en cinq livres
qu'il en devient oppressant
d'essayer de tracer ces contours
innommables / innombrables.

Un défi ce déficit de réel
par excès de vécu.

S'être accordé, intuitif, pareille offrande, un privilège que je vous souhaite. S'y juxtaposent tant d'effervescences essentielles: quelques mots serrés sur une seule ligne par page alternant avec des pages entières densément circonstanciées, disant parfois les déserts transpercés.

Une écriture qui s'entrevoit essentielle pour
la main le corps
qui tient fermement cette plume
renversant à gué
tant de certitudes bousculées.

Ce jour la nuit
pour qu'elle installe
posément
l'adéquate dépose
dans l'inconscience sans rêves.

Une singularité sans modèle, ce livre.

Le Matricule des Anges semble apprécier cette plume qui y est saluée à chaque sortie d'un nouvel ouvrage.

L'anthologie inédite que les éditions Points Poésie ont publiée en 2021 offre un extrait au format pdf que je vous suggère de visiter pour vous frotter en première ligne à cette écriture magnétique. Avec le même lien, les premières pages de son unique roman, La semaine perpétuelle, est également goûtable.

France Culture l'avait aussi reçue autour de la table d'Olivia Giesbert. L'entretien radio s'écoute et se regarde ... ici.

 

Recherche

Statistiques

  • Membres 4
  • Articles 3600
  • Compteur de clics 9177237