Tu as laissé le piano d’étude
A l’abandon dans la salle de jeux
Sa peau ridée et fendue de poussières
Les touches tristes détournent les mains

Le coffre noir du tombeau se rappelle
Les chansons de Poulenc à quatre voix
Et tes colliers filés de fausses perles
Taisent les rires et parent notre absence

Combien de fois sur ce clavier aimé
De tes doigts as-tu rêvé éveillé
Reprendre la partition da capo

Le violon a terminé la danse
Et nos pas s’estompent dans le couloir
Le chant de la maison nous a quittés

Statistiques

Membres
17
Articles
3420
Compteur de clics
5225221

Recherche