L’absente n’a pas de contours.
Elle est une présence sans ombre,
occupe, taillée en épargne,
une vertu sage à soi.

L’absente n’a pas d’amour.
Elle ne le sait peut-être
même pas,
car nous, le peuple des solitaires,
savons si bien
donner le change
(à qui, à qui ? Pas à soi…)
Que cela se voit si bien –
comme le nez au… vous savez bien –
que tant que nous en voudrons changer
rien ne nous arrivera.

L’absente n’est pas le change.
Juste le début d’un commencement…


Statistiques

Membres
17
Articles
3365
Compteur de clics
4543056

Recherche