J’érafle une langueur.
L’allongé dans l’ordre.
L’eau tombée sur le corps
le désincruste
des sursauts de la ville.
L’inspir régule l’expir,
à la frange d’une joie,
voisine de la continuité.

Parfois le corps se saisit
d’une maîtrise étonnée
du lâcher prise.

 

Parc hôtel Biron, Paris 11 2013.


Recherche

Statistiques

  • Membres 4
  • Articles 3593
  • Compteur de clics 8937576